• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > La malbouffe accroîtrait les risques d'asthme grave chez l'enfant 

La malbouffe accroîtrait les risques d'asthme grave chez l'enfant

Trois repas ou plus de type hamburger par... (Relaxnews)

Agrandir

Trois repas ou plus de type hamburger par semaine augmenteraient le risque d'avoir un asthme sévère de 39 % chez les adolescents et de 27 % chez les enfants de six à sept ans.

Relaxnews

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Les enfants et les adolescents qui consomment de la malbouffe plus de trois fois par semaine ont un risque accru de souffrir d'asthme sévère, de rhinite allergique et d'eczéma, selon une étude parue lundi.

L'étude se fonde sur des données obtenues sur 319 000 adolescents âgés de 13 à 14 ans, et 181.000 enfants âgés de six à sept ans, participant à une grande étude internationale sur l'asthme et les allergies pendant l'enfance (ISAAC) entamée en 1991 et impliquant une centaine de pays au total.

Les chercheurs, dirigés par le Pr Innes Asher, de l'Université d'Auckland en Nouvelle-Zélande, ont interrogé les adolescents et les parents des enfants plus jeunes sur leur régime alimentaire et sur la gravité des symptômes respiratoires observés au cours des 12 derniers mois.

Ils ont découvert que la malbouffe était le seul type de nourriture «associé» à une aggravation des symptômes dans les deux groupes d'enfants et quel que soit le pays, le niveau social ou le sexe.

Trois repas ou plus de type hamburger par semaine augmenteraient ainsi le risque d'avoir un asthme sévère de 39 % chez les adolescents et de 27 % chez les enfants de six à sept ans. Ils augmenteraient aussi les chances d'avoir une rhinite allergique ou un eczéma graves, selon l'étude publiée dans la revue Thorax, qui fait partie du groupe British Medical Journal (BMJ).

La consommation de fruits trois fois ou plus par semaine semble en revanche avoir un effet protecteur, avec une réduction de la gravité des symptômes de 11 % chez les adolescents et de 14 % chez les enfants.

Les chercheurs relèvent qu'il ne s'agit pas d'un lien de cause à effet, mais d'une «association» statistique qui doit faire l'objet de travaux supplémentaires.

«Si cette association (...) était prouvée, elle aurait une signification majeure en termes de santé publique alors que la consommation de malbouffe continue à augmenter au niveau mondial», ajoutent les chercheurs.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer