Des bactéries qui survivent aux antibiotiques

Cette avancée pourrait déboucher sur la mise au...

Agrandir

Cette avancée pourrait déboucher sur la mise au point de nouveaux traitements ciblant des souches bactériennes particulièrement coriaces comme celles responsables de la tuberculose multirésistante aux antibiotiques, un problème urgent de santé publique.

Partager

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

Des chercheurs ont découvert un mécanisme qui permet à certaines bactéries de survivre aux antibiotiques, ouvrant potentiellement la voie à de nouvelles armes contre la résistance microbienne, un phénomène grandissant, selon une étude publiée jeudi.

Cette parade de survie est fondamentalement différente des autres stratégies connues jusqu'alors auxquelles recourent des bactéries pour éviter d'être détruites par les antibiotiques, soulignent les auteurs de cette découverte parue dans la revue américaine Science datée de vendredi.

Cette avancée pourrait déboucher sur la mise au point de nouveaux traitements ciblant des souches bactériennes particulièrement coriaces comme celles responsables de la tuberculose multirésistante aux antibiotiques, un problème urgent de santé publique.

Ces chercheurs de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne ont étudié des Mycobacterium smegmatis, bactéries proches de celles responsables de la tuberculose, qu'ils ont plongées dans un fluide contenant de l'isoniazide, un anti-tuberculeux.

Ils ont constaté que certaines bactéries survivaient en produisant de façon intermittente une enzyme et non pas, comme les scientifiques le pensaient jusqu'alors, par le fait qu'elles cessaient de se diviser.

Le sort de chaque bactérie n'est pas lié à son taux de croissance, mais plutôt à sa production d'enzyme, et ce, contrairement à ce que les scientifiques pensaient.

Chaque cellule produit l'enzyme de façon aléatoire, ce qui détermine ses chances de survie.

Les chercheurs en ont conclu que chez certaines bactéries, il y avait des moments, entre chaque épisode de production d'enzyme, où l'activation de l'anti microbien est impossible, des lapses de temps qui évitent probablement aux bactéries d'être détruites par l'antibiotique activé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer