Luca Cianciulli à l'école du Toqué !

Le chef cuisinier Luca Cianciulli, au restaurant Toqué !.... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Le chef cuisinier Luca Cianciulli, au restaurant Toqué !.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Normand Laprise a embauché un seul ex-participant de l'émission Les chefs !, et c'est Luca Cianciulli. « Luca est un cuisinier qui a beaucoup de talent, mais avant de devenir un grand chef, il comprend qu'il doit prendre le temps d'apprendre et de cultiver son potentiel. Il travaille encore à perfectionner ses bases tout en faisant montre d'une belle créativité. Le métier de chef, c'est un long apprentissage et il est déjà bien avancé dans cette voie. »

Âge : 25 ans

Fait d'armes : a participé à sept épisodes de l'émission Les chefs ! et a remporté un épisode de Chopped Canada en 2014 (empochant ainsi 10 000 $).

Demandez à un Italien d'où lui vient son amour de la cuisine et il y a de fortes chances que la mamma et la nonna fassent partie de la réponse. Mais pour Luca Cianciulli, la cuisine a surtout été une façon de ne plus aller à l'école, au sens classique du terme. 

Depuis cinq ans, son école, c'est le restaurant Toqué !. En janvier, il ira se perfectionner sur la côte Ouest, où il souhaite explorer sa nouvelle passion : le pain. Habile conteur, Luca Cianciulli se révèle en cinq tranches de vie.

LA CUISINE PLUTÔT QUE L'ÉCOLE

Adolescent, il a travaillé dans un restaurant servant des petits-déjeuners et s'est rendu compte qu'il préférait le stress du coup de feu en cuisine à celui des travaux de cégep. « Mon père n'était pas très content, mais il m'a dit que si je voulais travailler en restauration, il fallait que je le fasse comme il faut. »

C'est ainsi que Luca s'est retrouvé à l'ITHQ. « Mais même là j'ai eu du mal. Heureusement, je suis tombé sur Pasquale Vari comme enseignant principal. Il a été très dur avec moi. »

LA PIZZERIA

À 18 ans, après une première session à l'ITHQ, il s'est rendu près de Naples de son propre chef pour travailler dans une pizzeria. « Là-bas, les gens n'avaient pas de filtre. Ils me disaient toujours : le Canadien, il ne sait rien faire. Il y avait même des clients qui s'avançaient vers moi, parfois des enfants de 7-8 ans, et qui me disaient qu'ils ne voulaient pas que ce soit moi, le stagiaire, qui fasse leur pizza ! Le chef, lui, était tout un personnage aussi. Quand il me voyait faire quelque chose qui ne lui plaisait pas, il me touchait le bras avec sa palette à pizza brûlante. »

LE STAGE « OFFICIEL » EN ITALIE

Pour le « casser », peut-être, au terme de ses études, l'ITHQ a envoyé Luca en stage dans un bled perdu d'Italie où il y avait « plus de chèvres que d'habitants ». « Le chef était un géant bourru, qui ne parlait à personne sauf à sa femme et qui ne voulait rien savoir de m'apprendre quoi que ce soit. Tous les jours, je lui demandais si je pouvais faire les pâtes avec lui. Il m'envoyait promener et me disait de faire mes autres tâches. Alors je les faisais rapidement et je revenais à la charge. Un matin, il était tellement tanné de se faire casser les couilles qu'il m'a lancé la boule de pâte et m'a dit : tiens, fais-les les pâtes ! Ce jour-là, il m'a laissé travailler avec lui. »

LA PREMIÈRE JOURNÉE AU TOQUÉ !

« C'était un samedi. Il y avait 140 réservations. J'étais au poste du garde-manger froid et les commandes d'huîtres commençaient à rentrer. Charles-Antoine [Crête] a vu que j'étais un peu lent, alors il m'a dit : "Décâlice et va éplucher des patates !" J'ai pensé qu'ils ne me garderaient pas, mais je suis allé éplucher des patates comme un fou, le plus vite que je pouvais. Quand ils ont vu à quel point j'y mettais du coeur, le sous-chef est venu me chercher et m'a confié d'autres tâches. J'étais embauché ! Et Charles-Antoine s'est révélé, avec le temps, être une des personnes les plus humaines que je connaisse. »

CHOPPED CANADA

« Comme pour Les chefs !, j'ai voulu participer à Chopped Canada parce que j'adore travailler sous pression. Au terme de la première ronde, j'avais sauté par-dessus une table, j'avais lancé un piment fort par terre parce qu'il était trop piquant, je courais partout. L'équipe de production est venue me voir pour me dire de calmer mon jeu parce que je faisais peur aux cameramen, qui craignaient pour leur équipement ! Quand je me lance dans quelque chose, je suis hyperconcentré et intense ! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer