Le dîner en blanc de New York s'invite sur l'Hudson

Le dîner en blanc est organisé à travers... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Le dîner en blanc est organisé à travers de nombreuses villes dans le monde, y compris Montréal (photo).

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Quelque 5000 adeptes de la gastronomie et de l'élégance se sont retrouvés mardi soir sur le fleuve Hudson à New York, pour la cinquième édition du «Dîner en blanc», pique-nique géant très chic où le blanc est la seule couleur autorisée.

Les organisateurs avaient choisi cette année le Pier 26, immense jetée sur l'Hudson, dans le quartier de Tribeca, pour ces agapes estivales, dont le lieu avait comme chaque année été tenu secret jusqu'à la dernière minute par les organisateurs.

Les participants, tous inscrits à l'avance, avaient apporté comme il se doit tables, chaises, vaisselle, nappes -obligatoirement blanches-, bouquets de roses et d'hortensias blancs, et bien sûr leur dîner.

Pour ce pique-nique extrêmement couru, quelque 35.000 personnes n'avaient pas dépassé le stade de la liste d'attente.

Avec une température de 33°C et une humidité de 40%, la chaleur était très new-yorkaise. L'ambiance était joliment rétro, avec chapeaux extraordinaires, mantilles, plumes, et robes en dentelles.

La soirée a été lancée, tradition oblige, avec les milliers de participants faisant tournoyer leur serviette blanche.

Les convives se sont ensuite régalés de ce qu'ils avaient apporté, sushis, salades composées, saumon, charcuterie, fromages, fruits rouges, le tout arrosé de champagne ou de vin, qui devait être obligatoirement commandé auprès des organisateurs.

Pour ceux qui préféraient ne pas s'occuper de leur pique-nique, le chef américain Todd English avait concocté plusieurs formules, dont «agneau à l'ail et romarin», «poulet à la milanaise et roquette», ou encore «saumon poché, champignons sauvages et lamelles de courgettes»...

Après le dîner, des centaines de danseurs ont envahi une piste installée au milieu des convives.

«C'est merveilleux», a commenté Aymeric Pasquier, co-fondateur des Dîners en blanc. «C'est toujours très difficile d'organiser un tel événement à New York, mais c'est ce qui nous a permis de lancer le Dîner en blanc à l'international».

À minuit, le Pier 26 devait avoir retrouvé son aspect habituel, chacun des 5.000 convives emportant ses déchets.

Organisé une fois par an, le Dîner en blanc (DEB) est né il y a 27 ans à Paris. Cette année, quelque 70 villes dans plus de 35 pays ont ou vont organiser leur dîner en blanc, de Paris à Johannesburg et de Montréal à Tokyo. Une centaine de villes sont sur liste d'attente, selon les organisateurs.

L'an dernier, le DEB new-yorkais avait eu lieu au Nelson Rockefeller Park, au sud de Manhattan, avec déjà, une vue imprenable sur l'Hudson. En 2013, il avait installé ses chaises et tables à Bryant Park, en 2012 sur l'esplanade du Lincoln Center, et pour la première édition en 2011, 1.200 personnes s'étaient retrouvées à Battery Park.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer