Le piratage de Sony profite à BlackBerry

L'accent sur la prévention des fuites et des... (Photo Simon Dawson, Bloomberg)

Agrandir

L'accent sur la prévention des fuites et des intrusions a aidé BlackBerry à garder, parmi ses adeptes, des chefs d'État, dont le président Barack Obama.

Photo Simon Dawson, Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Contre toute attente, le scandale du piratage de Sony a été bénéfique pour une entreprise, soit BlackBerry.

Sony a ressorti des boules à mites de vieux appareils BlackBerry après l'effondrement de ses ordinateurs et de ses lignes terrestres qui a rendu inutilisable son système de messagerie, à la suite d'une cyberattaque qui a débuté le mois dernier, selon le Wall Street Journal.

L'apparition des vieux appareils - salvatrice pour les dirigeants de Sony - a servi de publicité gratuite à BlackBerry et a donné des munitions au discours sur la sécurité de son PDG John Chen visant à séduire la clientèle gouvernementale et d'affaires. Le fait que Sony ait dû ressortir des appareils relégués depuis longtemps aux oubliettes a également rappelé que la part de BlackBerry sur le marché mondial des téléphones intelligents a chuté à moins de 1%, alors que celles des sociétés produisant les appareils iPhone et Android ont gagné du terrain.

«Il est prouvé que les appareils et serveurs de BlackBerry sont beaucoup plus sécuritaires que toute autre solution commerciale actuellement offerte», selon ce qu'a affirmé M. Chen en entrevue à CNBC le 19 décembre dernier.

Ne connaissant pas les détails des attaques, il a refusé de commenter l'hypothèse selon laquelle Sony aurait peut-être été à l'abri des pirates si elle avait utilisé les services de BlackBerry. Lisette Kwong, porte-parole pour BlackBerry, a refusé de commenter la possibilité que BlackBerry travaille avec Sony pour hausser son niveau de sécurité.

Chiffré, sécurisé

Sur un appareil BlackBerry, les données sont chiffrées et sécurisées. Par ailleurs, la société basée à Waterloo, en Ontario, exploite pour ses clients un réseau de serveurs.

Le film des studios Sony The Interview - une comédie absurde dans laquelle une équipe télé des États-Unis est recrutée pour assassiner Kim Jong-un, dirigeant de la Corée du Nord - est à l'origine des cyberattaques qui ont paralysé les ordinateurs de la division divertissement de Sony.

Alors que l'origine des attaques n'est pas tout à fait claire et qu'on ignore comment il a été possible d'avoir accès aux correspondances et aux documents confidentiels de Sony, le FBI a établi des liens entre le groupe de pirates et la Corée du Nord.

Au coeur de l'attaque, l'utilisation par Sony des appareils BlackBerry a également permis de rappeler que le fabricant est affaibli, mais qu'il tient le coup. L'accent sur la prévention des fuites et des intrusions a aidé BlackBerry à garder, parmi ses adeptes, des chefs d'État, dont le président Barack Obama, ainsi que des célébrités comme Kim Kardashian.




la boite:4391933:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer