Google France est mis en demeure

Les quelque 500 entreprises et organisations du numérique reprochent... (PHOTO MARK BLINCH, REUTERS)

Agrandir

Les quelque 500 entreprises et organisations du numérique reprochent notamment à Google de ne pas être «un vrai moteur de recherche neutre».

PHOTO MARK BLINCH, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

L'Open Internet Project (OIP), regroupant quelque 500 entreprises et organisations du numérique, a mis en demeure jeudi Google France de cesser ses «agissements parasitaires» et le détournement d'une partie de l'audience des sites ou médias indexés par son moteur de recherche.

L'OIP réclame l'arrêt de l'utilisation de la «Search Box», une nouvelle fonctionnalité du moteur de recherche déployée sans l'accord explicite des éditeurs de sites, sans quoi il menace le groupe de «suites administratives et judiciaires»,  dans une lettre envoyée à Google France jeudi et dont l'AFP a obtenu une copie.

La «Search Box» déployée au mois de septembre en France, est une cartouche qui apparaît sous le résultat de recherche de certaines marques ou médias dans Google.fr pour offrir une recherche intégrée parmi les contenus des sites, mais aboutit en fait à une nouvelle page Google assortie de publicités.

«Vous utilisez ces informations non pas pour indexer leurs pages mais (...) pour détourner une partie de leur audience au profit de votre moteur de recherche», dénonce la lettre.

Google profiterait de la notoriété des marques recherchées par les internautes pour garder les utilisateurs sur son moteur de recherche et les exposer à la publicité vendue aux annonceurs, selon l'OIP.

Ce moteur de recherche «trompe l'utilisateur» qui pensait accéder directement aux pages du site recherché, crée de nouveaux revenus pour Google et diminue en regard les revenus publicitaires qui auraient pu revenir aux sites recherchés par l'internaute, s'inquiètent les membres de l'OIP.

L'OIP, un regroupement essentiellement franco-allemand fédérant de grands groupes de médias (Axel Springer, Lagardère Active ou CCM Benchmark), en passant par le Geste, syndicat des éditeurs de contenus en ligne, celui des tour-operateurs (Seto) ou encore la Fédération française des télécoms (FTT), est partie prenante d'une plainte contre Google devant la commission européenne pour entrave à la concurrence.

«Le but de l'OIP ce n'est pas d'être anti-Google mais c'est de faire en sorte qu'ils n'abusent pas de leur position dominante» pour que l'internet reste ouvert, a déclaré à l'AFP Benoît Sillard, PDG de CCM Benchmark et co-fondateur de l'OIP.

Pour l'entrepreneur, la «Search Box» est une illustration de l'exploitation par Google de son quasi-monopole sur les moteurs de recherche «pour un détournement de valeur ajoutée».

«Il faut un vrai moteur de recherche neutre», a-t-il souhaité tout en précisant que les membres de l'OIP ne souhaitent pas que Google cesse d'indexer leurs sites.




Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer