Iran: 69 % des jeunes contournent la censure d'internet

Les autorités iraniennes appliquent une politique de filtrage... (PHOTO JOHN ADKISSON, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Les autorités iraniennes appliquent une politique de filtrage d'internet, qui empêche normalement aux Iraniens d'avoir accès à des millions de sites politiques, d'informations ou à caractère sexuel, ainsi qu'aux réseaux sociaux Facebook, Twitter ou YouTube.

PHOTO JOHN ADKISSON, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TÉHÉRAN

Plus de 69 % des jeunes iraniens utilisent des logiciels pour contourner la censure d'internet, selon une étude menée par le ministère des Sports et de la Jeunesse, citée lundi par les médias.

Quelque «69,3 % utilisent des proxys (logiciels permettant de contourner la censure) pour aller sur internet», a déclaré le chef du Centre de recherche du ministère, Mohammad Taghi Hassanzadeh, cité par l'agence Isna.

Cette étude a été réalisée entre mars 2013 et mars 2014 auprès de 15 000 Iraniens âgés de 15 à 29 ans.

Selon la même étude, 67,4 % des jeunes interrogés utilisent internet, dont 19,1 % pour clavarder, 15,3 % pour aller sur les réseaux sociaux, 15,2 % pour se divertir. Seuls 10,4 % d'entre eux y font des recherches scientifiques.

Les autorités iraniennes appliquent une politique de filtrage d'internet, qui empêche normalement aux Iraniens d'avoir accès à des millions de sites politiques, d'informations ou à caractère sexuel, ainsi qu'aux réseaux sociaux Facebook, Twitter ou YouTube.

Mais on peut facilement trouver en magasin des VPN (Virtual private network) à un prix modique qui permettent de contourner la censure.

Le président iranien Hassan Rohani, un religieux modéré, prône une plus grande liberté politique et culturelle, notamment l'ouverture d'internet, dans le respect des valeurs de la République islamique.

Dimanche, il a estimé que la censure d'internet était contre-productive et qu'il fallait «convaincre les jeunes» et utiliser «le dialogue et la persuasion pour renforcer la morale sociale».

«Certains pensent qu'on peut régler les problèmes en construisant des murs. Vous créez des filtres, ils créent des proxys. Cela ne marche pas», a-t-il lancé.

Une récente décision du gouvernement d'étendre la licence 3G à deux grands opérateurs téléphoniques iraniens a provoqué une polémique, certains conservateurs s'inquiétant de la possibilité pour les usagers d'utiliser la visiophonie.

Le ministère des Télécommunications a confirmé que les services de visiophonie ne seraient pas ouverts sur le territoire. La visiophonie n'existait déjà pas chez le premier opérateur à bénéficier de la 3G.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:4391933:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer