Mon amie Joannie par Jeffrey Buttle

Joannie Rochette... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Joannie Rochette

Photo: André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Patinage artistique

Sports

Patinage artistique

Toutes les dernières nouvelles sur le patinage artistique. »

Quand Joannie Rochette va à Toronto pour travailler avec sa chorégraphe Lori Nichol, elle crèche chez Jeffrey Buttle.

Au fil des années dans l'équipe canadienne de patinage artistique, l'athlète de l'île Dupas a développé une amitié avec le médaillé de bronze des derniers Jeux olympiques de Turin.

Dans l'optique de vous présenter Rochette sous un autre angle, Buttle a accepté de répondre à quelques question sur la vice-championne du monde. Avec sérieux... et le plus souvent avec humour.

La Presse: Tu connais Joannie depuis...

Jeffrey Buttle: Les championnats du monde juniors de 2001, notre première compétition ensemble.

LP: Comment êtes-vous devenus amis?

JB: En grimpant les échelons ensemble, en passant à travers des événements stressants ensemble. On est passés de complets étrangers en 2001 à camarades de chambres vers la fin.

LP: Les plus grandes qualités de Joannie?

JB: Elle est très, très forte. Mais aussi, et je ne dis pas ça de façon négative, elle a une habileté pour laisser-aller, pour rouler avec les coups.

LP: Un défaut?

JB: (rires) Sa faiblesse, c'est le Nutella!

LP: La chose dont vous ne vous fatiguez jamais de parler?

JB: Je ne peux pas le mentionner dans un journal!

LP: Si vous marchez dans la rue ensemble, qui sera reconnu en premier?

JB: Ça dépend si on est à Montréal ou Toronto.

LP: Si elle t'invite pour souper, ce sera dans quel restaurant?

JB: On a plutôt tendance à rester à la maison. On essaie les deux d'apprendre à cuisiner.

LP: Un aspect de son patinage qui t'impressionne?

JB: Elle est tellement dynamique.

LP: Une anecdote ou un moment drôle avec Joannie?

JB: Glisser sur le bord de l'aréna lors du Trophée Éric Bompard à Paris, en 2005. On montait sur une surface gazonnée sur le côté et on y glissait ensuite sur les fesses.

LP: Vous savez que Joannie n'est pas contente quand...

JB: Elle n'a pas déjeuné.

LP: Une expression ou une phrase qu'elle répète constamment?

JB: J'ai tellement hâte de revenir à la maison! En particulier quand on est en Russie.

LP: Un magazine qu'elle lit?

JB: Elle ne lit pas vraiment de magazines.

LP: Une émission de télé qu'elle regarde?

JB: Elle m'a parlé de ce show francophone très populaire autour du Nouvel An et auquel elle a participé (ndlr: la spéciale de Tout le monde en parle). Sinon, elle ne regarde pas la télé.

LP: Un site internet qu'elle visite tout le temps?

JB: Hotmail.

LP: Une chose qu'elle ne peut s'arrêter de faire?

JB: (sans hésiter) Maquillage.

LP: Une chose que les gens ne savent pas à son sujet?

JB: Ses chambres d'hôtel sont généralement en désordre. Elle est aussi une mauvaise conductrice.

LP: Un mythe à propos de Joannie?

JB: Qu'elle aime le froid. Elle est très sensible au froid.

LP: A-t-elle un héros, une héroïne?

JB Je parierais que c'est sa mère.

LP: La personne la plus importante pour elle?

JB: Sa mère.

LP: Si Joannie n'était pas patineuse artistique, elle serait...

JB: Propriétaire d'une biscuiterie.

LP: Si elle était un personnage de cinéma, elle serait...

JB: Une Bond girl.

LP: Si elle était une chanson, elle serait...

JB: Une chanson de Fergie... Clumsy!

LP: Où voyez-vous Joannie dans un an?

JB: Wow! Je la vois faire tout ce que son coeur désire.

LP: Dans 20 ans?

JB: Elle possédera une boulangerie dans une petite ville avec plusieurs enfants.

LP: Gagnera-t-elle une médaille aux Jeux olympiques?

JB: Je le pense bien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer