Ilie Nastase n'est pas le bienvenu à Wimbledon

L'ancien joueur de tennis Ilie Nastase... (Photo Alastair Grant, archives AP)

Agrandir

L'ancien joueur de tennis Ilie Nastase

Photo Alastair Grant, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Ilie Nastase, suspendu par la Fédération internationale (ITF) pour attitude grossière et insultante lors d'une rencontre de Fed Cup, ne sera pas invité dans le Royal Box et pourrait même se voir refuser l'entrée à Wimbledon, ont annoncé jeudi les organisateurs du tournoi du Grand Chelem.

«Nous pensons que ses actes n'étaient pas bien. Nous les condamnons. En terme d'invitation dans le Royal Box, il ne va rien recevoir. Je peux le confirmer», a déclaré à la presse le président du All England Club Philip Brook.

Le Royal Box est la tribune du court central dans laquelle les personnalités, dont les membres de la famille royale britannique, sont invités à assister aux matches.

La légende roumaine, double finaliste à Wimbledon (1972 et 1976) pourrait même se voir refuser la vente d'un billet, alors qu'il fait toujours l'objet d'une enquête de l'ITF.

«En ce moment, il est sous le coup d'une suspension temporaire par l'ITF. Nous soutenons (cette mesure)», a expliqué le directeur du All England Club Richard Lewis, précisant «attendre le résultat» de l'enquête.

Capitaine de l'équipe roumaine de Fed Cup, Nastase (70 ans) a été suspendu par l'ITF pour son attitude grossière et insultante lors de la rencontre de son pays contre la Grande-Bretagne le 22 avril. Il a insulté une journaliste, la joueuse Johanna Konta et la capitaine britannique Anne Keothavong, ainsi qu'un arbitre.

Lors de la conférence de presse d'avant-match, Nastase avait déjà tenu des propos racistes au sujet de la grossesse de Serena Williams, qui avait annoncé attendre son premier enfant. «On va voir de quel couleur il est. Chocolat au lait?», l'ont entendu dire à un membre de son équipe les journalistes.

L'Américaine avait condamné des propos «racistes» et «sexistes».

Fin avril, le Roumain avait présenté ses excuses sur sa page Facebook, estimant que ses déclarations avaient «suscité à juste titre des controverses et du mécontentement».

«Je sais que rien ne peut vraiment excuser mes paroles, ni la tension d'un match à haut enjeu, ni l'attitude non-conformiste pour laquelle je suis connu, ni la malheureuse escalade de la situation», a précisé cette ancienne icône du sport roumain.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer