Kerber rejoint Pliskova en finale à Cincinnati

Karolina Pliskova... (PHOTO AARON DOSTER, USA TODAY)

Agrandir

Karolina Pliskova

PHOTO AARON DOSTER, USA TODAY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CINCINNATI

L'Allemande Angelique Kerber n'est plus qu'à une victoire de détrôner Serena Williams à la place de N.1 mondiale, après son succès (6-3, 6-4) face à Simona Halep samedi en demi-finale du tournoi de Cincinnati, où elle retrouvera en finale la Tchèque Karolina Pliskova.

La récente médaillée d'argent aux JO-2016 pourrait ainsi créer la sensation en cas de victoire en finale dimanche face à Pliskova, tombeuse de l'Espagnole Garbine Muguruza (6-1, 6-3). Kerber détrônerait en effet l'Américaine Serena Williams, très longtemps leader incontestée du tennis féminin, d'une place de N.1 mondiale qu'elle occupe depuis février 2013.

Elle pourrait également devenir la première allemande au sommet du classement WTA depuis Steffi Graff en 1997.

«Il y a encore un match à disputer face à une adversaire difficile, je ne vais donc pas y penser pour l'instant mais si ça arrive, ce sera incroyable», a commenté Kerber (28 ans) après sa demi-finale.

Une demi-finale perturbée par la pluie et qui a vu pas moins de 16 breaks des deux côtés sur 24 possibilités, l'Allemande parvenant à s'envoler dans le deuxième set (6-3, 4-0) avant de voir la N.4 mondiale Simona Halep revenir à 5-4.

Mais la lauréate de l'Open d'Australie cette année - face à Williams -, déjà finaliste dans l'Ohio en 2012, n'a pas craqué et a finalement conclu le match malgré une corde cassée sur sa balle de match.

«J'étais très en rythme, je croyais en moi et je suis contente d'avoir battu une joueuse aussi difficile (que Halep)», a déclaré la deuxième joueuse mondiale, qui mène 4 à 2 dans ses confrontations avec Karolina Pliskova.

La Tchèque, seulement 17e à la WTA, avait auparavant signé une grosse performance en disposant de la N.3 mondiale et pépite espagnole Garbine Muguruza, handicapée par ses quelques 23 fautes directes (pour seulement 7 coups gagnants), Pliskova s'appuyant elle sur son fort service.

«J'ai essayé d'être agressive, de lui mettre la pression car elle a un jeu similaire au mien», a expliqué la Tchèque, joueuse la moins bien classée à accéder à la finale de ce tournoi depuis Nadia Petrova en 2008, et qui va désormais tenter d'empêcher Angelique Kerber d'écrire l'histoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer