Coupe Davis: Roger Federer affrontera Gaël Monfils

Gaël Monfils et Roger Federer... (Photo Pascal Rossignol, Reuters)

Agrandir

Gaël Monfils et Roger Federer

Photo Pascal Rossignol, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Pétrequin
Associated Press
Lille, France

Affirmant être rétabli de malaises au dos, Roger Federer aura la chance, enfin, de mettre la main sur l'un des rares titres ne faisant pas encore partie de son imposante collection.

Federer livrera bataille à Gaël Monfils lors du second match en simple de la grande finale de la Coupe Davis entre la Suisse et la France, vendredi.

Stanislas Wawrinka, vainqueur des Internationaux d'Australie en début de saison, représentera la Suisse lors du premier duel en simple, face à Jo-Wilfried Tsonga.

Federer, qui compte 17 conquêtes de tournois du Grand Chelem à son palmarès, représentait un cas douteux après s'être blessé au dos lors de son match contre Wawrinka lors des demi-finales des finales de l'ATP, samedi.

Cette blessure l'a contraint à abdiquer peu de temps avant la finale du tournoi de fin de saison, qui devait l'opposer au Serbe Novak Djokovic, le lendemain.

Federer a confié qu'une dernière séance d'entraînement, quelques heures avant le tirage au sort de jeudi, l'a convaincu qu'il serait en mesure de fouler le court vendredi. Mais il n'est pas certain qu'il soit rétabli à 100%.

«Nous verrons comment ça se passera demain, mais j'ai eu une bonne séance d'entraînement aujourd'hui... et j'étais très satisfait de voir que je pouvais pousser», a déclaré le deuxième joueur mondial.

«S'il y avait un risque énorme pour le reste de ma vie, je n'y serais pas allé. Mais j'ai eu des problèmes semblables dans le passé et je peux me servir de mes expériences antérieures pour savoir quoi faire», a ajouté Federer.

Les joueurs français semblaient accorder peu d'importance aux problèmes de dos de Federer, et n'ont jamais cru qu'il raterait ce rendez-vous.

«Il a eu une période de repos de quatre jours, a fait remarquer Monfils, qui n'a jamais vaincu Federer sur la terre battue, en quatre tentatives.

«Tout juste avant, il jouait son meilleur tennis à vie. S'il est là, c'est parce qu'il se sent bien et qu'il veut gagner la compétition. Si Roger a décidé de jouer, c'est parce qu'il se croit capable de remporter le match, de me battre.»

Monfils se prépare pour un match revanche, quelque deux mois après sa défaite crève-coeur aux mains de Federer en quarts de finale des Internationaux des États-Unis. Monfils s'était incliné en cinq manches, après avoir gagné deux des trois premiers sets, et après avoir laissé filer deux balles de match.

«C'est certain que je penserai à ce duel spécial, a admis Monfils. Mais ce match (vendredi) sera différent. Il y aura quelqu'un avec qui je pourrai partager mes émotions: le capitaine, qui peut m'aider si je suis tendu.»

Selon Arnaud Clément, le capitaine de l'équipe de France, la condition physique actuelle de Monfils a été un facteur déterminant dans sa décision de le choisir pour les matchs de simple, plutôt que Richard Gasquet.

De son côté, Wawrinka dit s'être remis plus rapidement qu'anticipé de sa défaite contre Federer à Londres, samedi, lors de laquelle il a bousillé quatre balles de match.

«Ça été plus facile que je ne le pensais, a affirmé Wawrinka. Au début, j'étais démoli, et ç'a également été difficile dimanche, lorsque j'ai été informé de la blessure à Roger. Mais lorsque je suis arrivé ici lundi, quelque chose de positif s'est déclenché, et j'ai été surpris de voir à quel point ce fut facile de changer (mon état d'esprit).»

Wawrinka et Federer disent avoir réglé leur différend, après leur passionnant duel de samedi à Londres. Pendant le match, Wawrinka s'est plaint à l'arbitre en chef que le clan Federer faisait du bruit au moment où il se préparait à retourner le service de Federer, à un stade important de la troisième manche.

Outre une médaille d'or olympique en simple, la coupe Davis est le seul grand honneur que le Suisse de 33 ans n'est pas encore parvenu à arracher depuis le début de sa carrière.

La Suisse n'a jamais gagné la Coupe Davis tandis que la France est à la recherche d'une 10e conquête du Saladier d'argent. Il s'agira de la 13e confrontation entre les deux nations, et la France domine largement, avec dix victoires.

Le match de double, samedi, doit mettre aux prises la paire française composée de Gasquet et de Julien Benneteau face au tandem suisse formé de Marco Chiudinelli et Michael Lammer, mais les capitaines des deux pays peuvent apporter des changements jusqu'à une heure avant le début de la rencontre. Si les instances médicales considèrent que Federer peut jouer trois jours consécutifs, il sera probablement appelé à disputer le match de double en compagnie de Wawrinka.

Dimanche, en simple, Federer affrontera Tsonga et Wawrinka se mesurera à Monfils.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer