Le boxeur Custio Clayton se dit victime d'une arrestation injuste

Le boxeur montréalais Custio Clayton... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Le boxeur montréalais Custio Clayton

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le boxeur Custio Clayton affirme avoir été arrêté injustement mardi soir à Montréal. Son promoteur Yvon Michel prétend qu'il a été victime de profilage racial par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

«Après une autre dure soirée d'entraînement [...], je n'ai jamais été aussi humilié, mis dans l'embarras ou ne me suis senti aussi humilié de ma vie», a écrit Clayton dans un message Facebook où il raconte sa mésaventure.

Selon sa version des faits et celle d'Yvon Michel, le boxeur de 29 ans a été intercepté sans raison apparente, tard mardi soir, à proximité de son domicile dans l'est de Montréal. Il revenait d'une séance d'entraînement à Cornwall, où son prochain combat professionnel doit avoir lieu le 15 avril.

Soupçonné d'être un «revendeur de drogue» et d'en avoir dans son véhicule, il aurait été «arrêté, menotté et placé à l'arrière d'un véhicule de police».

Après une fouille de son véhicule de 90 minutes, une policière a indiqué à Clayton n'avoir rien trouvé, se serait excusée et aurait admis «avoir eu tort pour la première fois de sa vie». Le boxeur montréalais d'origine néo-écossaise aurait reçu un constat d'infraction de 63 $ pour ne pas avoir en sa possession le contrat pour le VUS de location qu'il conduisait.

«En plus de ça, j'avais trois bancs de bébé et une poussette dans la voiture, c'est ce qui leur a fait penser que j'étais un revendeur de drogue? a écrit Clayton. À ce jour, je ne sais pas pourquoi j'ai été intercepté en premier lieu, pas plus qu'on ne m'a donné de raison même si je l'ai demandé à plusieurs reprises.»

Sur sa page Facebook, le promoteur GYM a déploré «le traitement qu'a subi Clayton aux mains de policiers zélés du SPVM lors de cette intervention qui n'aurait jamais dû avoir lieu contre un olympien, un athlète professionnel et un père de famille irréprochable». «Le profilage racial n'a tout simplement pas sa place», a-t-on dénoncé.

«C'est tout à fait injustifiable», a renchéri le président de GYM, Yvon Michel, en entrevue téléphonique. «Ils ne lui ont pas donné de raison, rien [pour son arrestation]. Il n'avait pas fait d'excès de vitesse ou enfreint de règlement de la circulation. Apparemment, il était pas mal arrogant parce qu'il a demandé trois fois pourquoi il était arrêté.»

Le porte-parole du SPVM Jean-Pierre Brabant a indiqué que les «policiers impliqués seront rencontrés ce soir pour obtenir leurs versions des faits». Le SPVM commentera ainsi l'affaire jeudi, a précisé l'agent Brabant.

Quart de finaliste aux Jeux olympiques de Londres en 2012, Clayton s'est établi à Montréal en devenant professionnel il y a deux ans et demi. Invaincu en dix combats chez les 147 lb, le père de quatre jeunes enfants est l'un des plus beaux fleurons de GYM, pour qui il a été une tête d'affiche lors de galas au Casino de Montréal. «Il est sur le point d'être classé mondialement», a soutenu Yvon Michel.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer