La patience de Custio Clayton s'avère payante

Le Canadien Custio Clayton (à droite) a vaincu... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Le Canadien Custio Clayton (à droite) a vaincu le Mexicain Jose Emilio Perea, hier soir, au Casino de Montréal.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les combats se suivent et se ressemblent pour Custio Clayton. Fidèle à ce à quoi il nous a habitués depuis qu'il a fait le saut chez les professionnels, le boxeur a ajouté un autre knock-out à sa fiche en disposant du Mexicain Jose Emilio Perea au dixième et dernier round, hier soir, au Casino de Montréal.

Le pugiliste natif de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, n'a nullement été inquiété au cours de cet affrontement, dominant d'un bout à l'autre son rival grâce à sa technique et à sa force de frappe supérieures.

Il faut cependant souligner l'extraordinaire ténacité de Perea (23-7, 15 K.-O.), souvent typique des boxeurs mexicains, qui lui a permis de pousser Clayton (8-0, 7 K.-O.) jusqu'à la limite. Celui-ci avait d'ailleurs vécu une situation semblable à sa sortie précédente, le 17 mars, venant à bout d'Hector Munoz au neuvième round d'un affrontement prévu pour dix.

«À mon combat précédent, j'essayais de me pousser davantage. Pour celui-ci, mon entraîneur m'a dit de me détendre un peu et de le laisser prendre ses aises. C'est ce que j'ai fait et c'est à ce moment que j'ai commencé à l'atteindre», a résumé l'ex-athlète olympique après le combat.

Première cible: le corps

Si Clayton a surtout concentré ses attaques au visage de Perea en début de combat, c'est en lui assénant un uppercut au corps qu'il est parvenu à l'envoyer au plancher. D'abord en toute fin de cinquième round, avant de répéter la manoeuvre lors de l'assaut suivant.

«Il protégeait très bien son corps, alors je ne pouvais pas l'attaquer autant que je le souhaitais, a-t-il décrit. Mais je suis resté patient, et l'occasion est venue. C'est à ce moment que je l'ai eu. C'était le plan [d'attaquer le corps]. On avait vu quelques vidéos de lui.»

Clayton s'est toutefois remis à s'en prendre au menton de Perea, et cette fois, ce fut profitable. Au tout dernier round, le boxeur de 28 ans a lancé une furieuse combinaison qui a culminé en un crochet de la droite au visage de son opposant. Perea, qui avait déjà les yeux ensanglantés depuis un moment, n'a pas été en mesure de se relever.

En principe, Clayton devait lutter pour un titre mineur hier soir, question de se tailler une place dans les classements mondiaux, mais le projet est finalement tombé à l'eau.

Cette victoire contre Perea devrait cependant lui permettre d'aspirer à une ceinture à son prochain affrontement, qui sera présenté selon toute vraisemblance en préliminaires du prochain combat d'Adonis Stevenson, en juillet.

Ashleigh Curry et Marie-Ève Dicaire... (Photo André Pichette, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Ashleigh Curry et Marie-Ève Dicaire

Photo André Pichette, La Presse

Dicaire trime dur pour rester parfaite

En demi-finale de la soirée, Marie-Ève Dicaire (4-0) a eu fort à faire pour l'emporter face à l'Américaine Ashleigh Curry (7-10-4, 1 K.-O.) par décision unanime des juges (59-55, 58-56, 58-56).

La boxeuse de Saint-Eustache a tôt fait de constater que sa rivale, aussi coriace qu'arrogante, n'allait pas lui céder un seul pouce dans l'arène. Plusieurs fois, Dicaire a dû puiser au fond de ses ressources pour repousser les rudes assauts de Curry, classée au 16e rang du WBC. Elle a également eu à composer avec des douleurs au corps dès la mi-chemin du duel.

«Ce n'est pas une nobody que j'avais devant moi. Elle n'était peut-être pas une super belle boxeuse, mais son style peu orthodoxe m'a donné de la difficulté, car je ne réussissais pas à la toucher comme je le voulais, et ses mouvements n'étaient pas prévisibles», a analysé Dicaire, 29 ans, à sa sortie du ring.

Curry, 30 ans, s'amenait peut-être dans l'arène avec une fiche négative, mais il reste qu'elle est une pugiliste beaucoup plus expérimentée que Dicaire. Cette dernière a reconnu que c'est ce combat qui lui a fait vivre le plus d'adversité depuis le début de sa jeune carrière professionnelle.

«[Le combat] m'a peut-être appris de réfléchir un peu moins, a-t-elle expliqué. Je suis une personne qui réfléchit beaucoup, qui va analyser. Dans ce cas-ci, elle est tellement imprévisible que je dois vraiment y aller instinctivement. C'est ce que ça m'a permis de faire [hier] soir.»

Le gala d'hier soir clôturait la première tranche de la nouvelle série du Groupe Yvon Michel au Casino. Le promoteur a toutefois laissé entendre, il y a quelques semaines, que de nouvelles dates seraient annoncées prochainement.

***

LES AUTRES RÉSULTATS

  • Shakeel Phinn (8-1, 4 K.-O.) bat Jaudiel Zepeda (12-15-1, 9 K.-O.): décision unanime
  • Patrice Volny (2-0, 1 K.-O.) bat Charles Hauver (0-1): décision unanime
  • Francesco Cotroni (11-7-1, 5 K.-O.) bat Pablo Rojas Munguia (21-11, 12 K.-O.): décision majoritaire
  • Whitney Baille (3-0, 1 K.-O.) bat Michaël Gargouri (0-9-1): décision unanime

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer