Le pari risqué de Lucian Bute

Partager

(Analyse) On ignore encore si le combat entre Jean Pascal et Lucian Bute aura lieu en mai ou à l'automne. On ne sait pas non plus s'il va se dérouler au Centre Bell ou au Stade olympique.

Ce qu'on sait, cependant, c'est que ce «Ouellet-Hilton» version 2013 va se faire à 175 livres. C'est le pari de Lucian Bute. Le boxeur super-moyen, qui évolue normalement à 168 livres, a accepté de se mesurer à Jean Pascal sur son terrain, celui des mi-lourds.

Le pari est risqué. Mais c'est la rançon à payer pour que ce duel se réalise, car Jean Pascal n'aurait probablement jamais accepté l'idée d'un poids mitoyen, d'une limite à 172 livres, par exemple.

Lors d'un point de presse organisé hier pour apaiser des médias sportifs qui surchauffent depuis dimanche, l'entraîneur Stéphan Larouche a été limpide. «C'est sûr qu'on ne demandera pas à Jean Pascal de descendre en bas de 175 livres. Il a déjà de la misère à faire le poids», a-t-il lancé.

Lucian Bute va même prendre un risque supplémentaire en se présentant à la pesée sous la limite de 175, à 172 ou 173 livres. Pourquoi? Parce qu'il ne ferme pas la porte à un retour chez les super-moyens et à un combat revanche contre Carl Froch.

«Lucian a encore des intentions à 168 livres. Moi, j'aimerais que Lucian boxe à 172 livres contre Pascal, même si le contrat est à 175, note Larouche. Parce que si on veut redescendre, ce sera difficile de revenir en bas si on se présente à 175.»

Si la différence de poids à la pesée entre Bute (31-1, 24 K.-O.) et Pascal (27-2-1, 16 K.-O.) est de deux ou trois livres, quelle sera-t-elle sur le ring le soir du combat? Une dizaine de livres peut-être, étant donné que Jean Pascal est un mi-lourd naturel. Pascal est même un «gros» mi-lourd, qui s'est présenté pour la pesée, lors de son dernier combat, à plus de 181 livres.

C'était le prix à payer pour un combat contre Pascal. «Mais la limite sera de 175 et pas une once de plus. Il y aura des pénalités importantes prévues au contrat», de dire Larouche

Pourquoi maintenant?

S'il est une question que la conférence de presse de Lucian Bute et de Stéphan Larouche n'a pas éclaircie, c'est celle de l'intérêt de tenir ce combat maintenant.

Lucian Bute s'est dit fébrile à l'idée du duel. «Je n'ai pas été aussi excité depuis le deuxième combat contre Andrade. Depuis quelques jours, je ressens la même excitation et j'ai hâte de boxer», a lancé l'ancien champion IBF.

Peut-être, mais Bute n'avait-il pas l'intention d'obtenir une revanche contre Carl Froch? Oui, et il soutient que c'est encore son objectif. Si l'Anglais a un combat fort attendu le 25 mai contre Mikkel Kessler, pourquoi ne pas simplement attendre à l'automne et l'affronter? La réponse n'était pas claire.

Entre-temps, Yvon Michel tente de convaincre le promoteur Gary Shaw de lui laisser le champ libre et d'annuler le combat Jean Pascal - Chad Dawson prévu pour le 25 mai. On devrait être fixé d'ici 48 heures.

Lucian Bute pensait que le combat contre Pascal aurait lieu à l'automne, mais il serait prêt et motivé pour que le choc se produise plus tôt, soit le 25 mai. «L'entente était pour l'automne, mais s'ils sont prêts à débarquer du combat de mai contre Dawson, alors parfait», a-t-il conclu.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Pascal-Bute: un combat à 175 livres

    Sports de combat

    Pascal-Bute: un combat à 175 livres

    Lucian Bute a expliqué aux médias, mardi, qu'il était motivé comme jamais par l'idée d'affronter Jean Pascal. Tellement qu'il est prêt à se mesurer à... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer