La cohabitation ardue entre Italiens et Nord-Américains

Alessandro Nesta et Marco Di Vaio, deux membres... (Photo: PC)

Agrandir

Alessandro Nesta et Marco Di Vaio, deux membres de la filière italienne de l'Impact.

Photo: PC

Partager

Patrick Leduc, collaboration spéciale
La Presse

L'an I s'achève de façon relativement satisfaisante pour l'Impact de Montréal. Tout indique cependant que l'on n'a pas fini de s'interroger sur la cohabitation ardue entre la majorité nord-américaine et le contingent italien du club.

La question est inévitable. Et elle s'applique tant sur le terrain qu'à la direction du club. On la posera chaque fois que Justin Mapp ignorera un appel de balle de Marco Di Vaio ou que Nesta agitera la main en direction d'un coéquipier qui ne comprend pas l'argot romain. Ce qui ne veut pas dire pour autant que la bisbille règne dans le vestiaire bleu-blanc-noir.

En fait, tant que le onze montréalais suit une progression par rapport à sa saison inaugurale, les différences culturelles resteront secondaires. Toutefois, il ne faudrait pas s'étonner qu'elles soient montrées du doigt advenant une contre-performance.

Depuis leur arrivée en ligue majeure, les anciens Azzurri n'ont jamais caché leur désir d'inculquer certaines notions tactiques à l'Impact et, par extension, au circuit en général. D'ailleurs, ils ont le bagage pour le faire. Considérant que le style de jeu prépondérant en MLS mise trop sur les qualités physiques des joueurs, ils jugent ce développement indispensable à l'évolution de la ligue. Et vu le nombre élevé de déchets techniques qui polluent certains matchs, on ne peut pas dire qu'ils aient tort.

Cependant, le soccer nord-américain peut parfois se montrer réfractaire aux influences étrangères - le modèle Ajax, ça marche mieux à Amsterdam qu'à Toronto. Et l'attitude historiquement hautaine de plusieurs Européens vis-à-vis la MLS n'aide pas à réconcilier les deux positions.

Pour le salut de l'organisation montréalaise, on pourrait penser qu'il serait dans l'intérêt de tout le monde de rappeler qu'à Rome, on fait comme les Romains. À moins que dans ce cas précis, ça ne porte à confusion? Décidément, rien n'est simple quand on traite d'accommodements raisonnables.

Des regrets

Tout en cherchant le meilleur amalgame entre ces deux univers, le personnel d'entraîneurs doit prendre des décisions en suivant une ligne directrice. Dans le contexte d'une équipe d'expansion, on a beau planifier avec minutie, il arrive qu'on ait la sensation de se lancer dans le vide.

Prenons le cas d'Eddie Johnson, l'attaquant que l'Impact a échangé aux Sounders de Seattle en retour de Lamar Neagle et de Mike Fucito avant la saison. Avec le recul, on se demande comment le onze montréalais a pu se passer d'un attaquant qui a fait mouche 14 fois cette année. Une décision qui s'est retournée contre l'Impact même si elle a été prise de façon calculée.

Il faut se rappeler qu'en février dernier, à l'époque où Johnson, annonçait son intention de revenir en MLS après plusieurs saisons infructueuses en Europe, l'Impact était déjà en pourparlers avec Marco Di Vaio ainsi que Bernardo Corradi, deux attaquants eux aussi. Le club comptait déjà dans ses rangs des joueurs comme Justin Braun, Miguel Montaño et Eddie Sebrango, desquels on espérait certainement une production plus importante que celle qu'ils ont fournie.

De plus, il faut considérer que Jesse Marsch, sans le déclarer publiquement, prévoyait employer la recrue Andrew Wenger en attaque aussi. Dans les circonstances, l'embauche de Johnson aurait créé un surplus d'effectifs à une position à laquelle l'Impact paraissait déjà bien nanti sur papier. Et rien n'indiquait que Johnson retrouverait sa touche une fois revenu en MLS.

Malheureusement pour le onze montréalais, la blessure de Corradi et l'ineptie des autres attaquants ont rapidement fait regretter la transaction à l'organisation. On pourrait même avancer que la tournure des événements a affaibli la position de Marsch par rapport au directeur technique Nick De Santis en ce qui a trait au recrutement. Du coup, la filière internationale a semblé prendre le dessus sur celle de la MLS, ce qui a facilité l'arrivée d'un joueur comme Dennis Iapichino.

Peut-être que le hasard sera plus favorable à l'Impact la prochaine fois que la direction roulera les dés dans le cadre d'une transaction. Comme disent les Romains, alea jacta est.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer