La Juventus Turin s'offre la Coupe d'Italie

La Juventus Turin, déjà championne d'Italie, a comme la saison dernière réussi... (Photo AP)

Agrandir

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La Juventus Turin, déjà championne d'Italie, a comme la saison dernière réussi le doublé en remportant samedi la Coupe d'Italie grâce à une victoire 1-0 après prolongation face à l'AC Milan, qui sera encore privé d'Europe la saison prochaine.

L'issue est cruelle pour les Milanais, à la peine toute la saison avec une piètre septième place en championnat mais qui samedi ont réussi un bon match, l'un des meilleurs sans doute de cette nouvelle année galère.

La «Juve» est de son côté dans une période faste. Sacrée championne pour la cinquième fois d'affilée il y a trois semaines, elle est devenue samedi la première équipe de l'histoire à réussir un «double doublé», puisqu'elle avait déjà décroché coupe et scudetto la saison dernière.

Ce nouveau trophée lui a été offert par l'Espagnol Alvaro Morata qui a marqué le seul but du match sur son premier ballon, à la 109e minute.

L'action turinoise était partie de l'ancien Marseillais Mario Lemina, titulaire et de plus en plus à l'aise au fil du match. Lemina était relayé par Cuadrado qui centrait de la droite pour Morata, buteur d'une belle reprise du droit.

Au total, le match a été assez mauvais mais la surprise c'est que Milan a été bon. Pas génial, bien sûr, il n'a pas les joueurs pour cela, mais courageux, organisé, entreprenant et en jambes.

S'il avait joué toute la saison comme cela, le club lombard n'aurait pas eu à attendre le dernier soir pour jouer sa qualification pour l'Europe face à la meilleure équipe du pays.

Sassuolo jouera l'Europa League

Mais avec son recrutement sans queue ni tête, ses changements d'entraîneurs à répétition depuis quatre ans et un effectif devenu incroyablement médiocre pour un club de ce standing, le Milan est vraiment en difficulté.

Alors que Silvio Berlusconi est en discussions avec des investisseurs chinois pour vendre ce monument en péril qu'il dirige depuis 30 ans, le club rossonero ne disputera pas de coupe d'Europe la saison prochaine, pour la troisième fois consécutive.

Il y avait pourtant la place face à la Juventus, qui n'a ressemblé que de très loin à l'équipe qui a marché sur la Serie A d'octobre à mai et qui samedi a été constamment bousculée.

Avec un Pogba très moyen et un Dybala presque invisible, l'équipe de Massimiliano Allegri n'a rien proposé ou presque, arrivant à la pause sans la moindre frappe au but.

Milan y croyait alors vraiment et Montolivo haranguait ses supporters installés dans la «Curva Sud» du Stade Olympique et qui eux aussi se prenaient à espérer.

Mais l'équipe de Cristian Brocchi n'a finalement pas eu tant d'occasions d'inquiéter Neto, le remplaçant de Buffon, en dehors de quelques frappes rarement cadrées (Bonaventura à la 7e, De Sciglio à la 22e et à la 47e, Poli à la 38e...).

Une fois de plus, la Juventus a fait confiance à sa défense, à la dureté de Barzagli et au vice de Chiellini, à cette solidité inscrite dans son ADN qui fait que chaque but encaissé est un évènement.

La Juventus a vacillé mais elle a remporté sa 11e Coupe d'Italie. Le Milan a vibré mais il a encore chuté. Et Sassuolo a regardé tout cela à la télé, et a remercié la Juve qui lui permet d'être qualifié pour l'Europa League.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer