Manchester United bat Arsenal, Tottenham s'accroche

Marcus Rashford (à gauche) célèbre l'un de ses... (PHOTO JON SUPER, AP)

Agrandir

Marcus Rashford (à gauche) célèbre l'un de ses deux buts avec Juan Mata.

PHOTO JON SUPER, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Marcus Rashford, 18 ans, le nouveau prodige de Manchester United, a battu presque à lui seul Arsenal dimanche (3-2), dimanche lors de la 27e journée, mais le titre de champion d'Angleterre reste ouvert, Tottenham ayant gagné face à Swansea (2-1) pour revenir à deux points du leader Leicester.

Marcus Rashford, un nom à retenir. Après son doublé contre Midtjylland jeudi en Ligue Europa pour ses débuts avec Manchester United, le jeune attaquant a remis ça dimanche contre Arsenal, dans un match d'une toute autre importance, pour permettre à son club (5e, 44 points) de revenir à trois points de Manchester City et de la quatrième place qualificative pour la Ligue des champions.

Rashford a inscrit un nouveau doublé et donné une passe décisive pour Ander Herrera pour plomber les espoirs de titre d'Arsène Wenger et de ses joueurs. Avec sa puissance, sa vitesse et ses mouvements sans ballon, le natif de Manchester, né le 31 octobre 1997, le jour où MU a écrasé Sheffield Wednesday 6-1, est la nouvelle sensation du soccer anglais.

Passé comme Wes Brown, Danny Welbeck ou Ravel Morrison par le club de jeune de Fletcher Moss Rangers avant d'intégrer le centre de formation de United, il est devenu à 18 ans et 120 jours le quatrième plus jeune joueur à débuter pour MU en championnat derrière Federico Macheda, Phil Neville et Rafael et le troisième plus jeune joueur à marquer en championnat derrière Macheda et Welbeck!

À 18 ans et 120 jours, c'est aussi exactement le même âge que Wayne Rooney quand il a marqué son premier doublé en Premier League. En deux rencontres, il vient ainsi de marquer autant de buts qu'Anthony Martial, actuellement blessé, lors de ses 15 derniers matchs disputés.

L'Anglais d'origine jamaïquaine, qui évolue en équipe d'Angleterre des moins de 18 ans, n'a toujours pas signé de contrat professionnel avec les Red Devils. Il ne touche que 500 livres (environ 937 dollars) par semaine, soit 26 000 livres (environ 48 730 dollars) par an. C'est ce que Wayne Rooney gagne en une matinée! Mais l'ouragan Rashford a tout emporté sur son passage cette semaine, la plus belle de sa vie.

« Je sais par expérience que les jeunes jouent toujours très bien leur première rencontre. La seconde est différente. Marcus a bien joué dans les deux, donc, c'est un talent exceptionnel », a déclaré son entraîneur Louis Van Gaal, satisfait de la « performance et du résultat [de son équipe] face à l'une des meilleures équipes de Premier League ».

En revanche, pour Arsenal, c'est une semaine cauchemardesque! Après le revers contre Barcelone en Ligue des champions mardi (2-0), cette nouvelle défaite laisse les Londoniens (3e, 51 pts) à cinq points du leader Leicester, vainqueur de Norwich samedi (1-0) et trois de Tottenham, qui a battu Swansea dimanche (2-1).

« Je ne peux pas remettre en cause l'engagement, l'esprit et la volonté des joueurs. Mais c'est vrai que nous avons concédé facilement les buts », a indiqué l'entraîneur d'Arsenal Arsène Wenger.

Les Gunners n'y arrivent plus à Old Trafford. Ils y ont perdu pour la septième fois lors de leurs neuf dernières visites, pour deux matches nuls et leurs espoirs de remporter le titre cette saison s'amenuisent de plus en plus.

Tottenham seul derrière Leicester

À l'image de Leicester, qui a montré des ressources mentales de champion samedi en arrachant une victoire contre Norwich (1-0), Tottenham a fait preuve des mêmes qualités dimanche pour remonter son handicap d'un but contre Swansea (2-1). Après avoir été menés dès la 19e minute par les Gallois, les Londoniens ont renversé la tendance grâce à Nacer Chadli et Danny Rose pour arracher leur sixième victoire de suite en championnat.

Les Spurs (2e, 54 pts) prennent ainsi trois points d'avance sur Arsenal, qu'ils accueillent samedi prochain pour le plus chaud des derbies du nord de Londres depuis très longtemps. Et surtout, ils restent plus que jamais au contact de Leicester, avec deux points de retard.

Le héros de Manchester City, Willy Caballero, a... (PHOTO TIM IRELAND, AP) - image 2.0

Agrandir

Le héros de Manchester City, Willy Caballero, a été porté par Wilfried Bony lors des célébrations.

PHOTO TIM IRELAND, AP

Manchester City remporte la Coupe de la Ligue

Manchester City a remporté sa quatrième Coupe de la Ligue en battant Liverpool (1-1 a.p., 4-3 tab), dimanche, au terme d'une finale tendue.

Si Fernandinho, au retour des vestiaires, avait converti en but la domination de City (49e), Philippe Coutinho a égalisé pour les Reds sur leur premier tir cadré du match (83) avant que la séance de tirs au but ne tourne en faveur des Citizens.

City, qui succède à Chelsea, remporte ainsi sa deuxième League Cup en trois ans, après celle de 2014. Il s'agit sans doute du dernier trophée de Manuel Pellegrini sur le banc des Skyblues, qu'il quitte en fin de saison.

Jürgen Klopp a pourtant démontré sa supériorité tactique face à Manuel Pellegrini.

La sortie prématurée du Français Mamadou Sakho (25), touché après un choc avec son coéquipier Emre Can, avait sans doute perturbé ses plans mais le technicien allemand a prouvé qu'il avait de la ressource en faisant entrer l'offensif Adam Lallana (72) en lieu et place d'un Alberto Moreno à la peine face à Sergio Agüero.

L'international anglais a apporté plus d'allant et d'envie à une équipe des Reds qui en manquait cruellement jusque-là.

Il est même directement impliqué sur l'égalisation de Coutinho en toute fin de rencontre alors que l'affaire semblait entendue.

Archidominés, les hommes de Klopp ont bien failli plier sous la pression mais Simon Mignolet s'est bien rattrapé de son erreur sur le but de Fernandinho.

Histoire de gardiens

Le gardien belge s'est en effet montré impérial face à Agüero (23), David Silva (66) Fernandinho (86) ou Yaya Touré (89) et même chanceux face à Raheem Sterling (60, 80).

Il s'est révélé décisif en s'imposant à nouveau devant Agüero, après un raid solitaire de l'Argentin, en prolongations.

Après un gros quart d'heure de folie autour de l'heure de jeu, qui aurait pu voir City creuser l'écart et se mettre définitivement à l'abri, la rencontre a baissé d'intensité, à l'image d'une première période terne, où un duel remporté par Mignolet face à Agüero (23) aura été le principal moment marquant, en dehors d'un cafouillage de Sakho, sorti dans la foulée, qui a vu une frappe de ce même Agüero heurter le poteau.

On était loin du spectacle débridé offert par les deux équipes en novembre, à l'Etihad Stadium, qui avait vu les Reds s'imposer 4-1 après une rencontre de haut niveau, mélange de puissance, de percussion et d'habileté technique.

Mais l'essentiel était ailleurs: Skyblues et Reds couraient après leur premier trophée de la saison. Et, devant les 86 000 spectateurs de Wembley, ce sont les hommes de Manuel Pellegrini qui ont eu le dernier mot.

Willy Caballero, habituel gardien remplaçant, s'est transformé en héros en détournant les trois frappes de Lucas Leiva, Coutinho et Lallana.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer