Euro 2016: y aura-t-il un «groupe de la mort»?

L'Espagne a remporté le dernier Championnat d'Europe de... (Photo Gregorio Borgia, archives AP)

Agrandir

L'Espagne a remporté le dernier Championnat d'Europe de soccer, en 2012. Le tirage au sort de l'Euro 2016 aura lieu samedi.

Photo Gregorio Borgia, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Qui affrontera l'Allemagne championne du monde et l'Espagne tenante du titre? L'Euro 2016 en France se dessinera samedi à Paris avec le tirage au sort des six groupes du premier tour, entre 24 équipes de niveaux très inégaux.

Ce Championnat d'Europe organisé en France du 10 juin au 10 juillet a été étendu pour la première fois à 24 participants, dont plusieurs en ont profité pour décrocher leur première qualification, alors que seuls les Pays-Bas manqueront parmi les grandes nations de soccer du Vieux Continent, voire à un degré moindre le Danemark.

Or samedi, il y aura un autre absent de marque: le président de l'UEFA, Michel Platini, ne pourra assister à la cérémonie puisque sa suspension jusqu'au 5 janvier a été maintenue vendredi par le Tribunal arbitral du sport (TAS), dans le cadre du paiement de 2 millions de francs suisses en 2011 reçu de la part de Joseph Blatter pour un travail de conseiller achevé en 2002.

L'ombre du triple Ballon d'Or français risque de peser dans les esprits, mais le soccer reprendra ses droits sous les auspices des deux maîtres de cérémonie, Bixente Lizarazu (champion du monde 1998 et d'Europe 2000 avec la France) et Ruud Gullit (capitaine des Pays-Bas sacrés à l'Euro 1988).

D'autres personnalités entrées dans l'histoire du Championnat d'Europe ont également été annoncées, comme le sélectionneur de l'Espagne Vicente Del Bosque, sans doute pour présenter le trophée, et trois ex-joueurs auteurs de buts décisifs en finale, Oliver Bierhoff pour l'Allemagne en 1996, David Trezeguet pour la France en 2000, Angelos Charisteas pour la Grèce en 2004, ainsi qu'Antonin Panenka, qui a donné son nom à son penalty en feuille morte réussi dans la séance victorieuse de tirs au but pour la Tchécoslovaquie en 1976.

Pour qui l'Italie?

Chacun guettera la position de sa propre nation, et la formation d'un éventuel «groupe de la mort». Y en aura-t-il seulement? Pas forcément, sachant que le tirage est régulé par un système de chapeaux, et qu'il y a peu de chances de «mourir» dès le premier tour: comme les premiers de chaque groupe et les quatre meilleurs troisièmes se qualifieront pour les huitièmes de finale, seules 8 équipes sur 24 n'y accéderont donc pas.

Les têtes de série (chapeau 1) comprennent la France organisatrice et l'Espagne, double tenante du titre (2008, 2012), mais aussi l'Allemagne, l'Angleterre, le Portugal et la Belgique.

Dans le chapeau 2: Italie, Russie, Suisse, Autriche, Croatie, Ukraine.

Dans le chapeau 3: République Tchèque, Suède, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Hongrie.

Dans le chapeau 4: Turquie, Eire, Islande, Pays de Galles, Albanie, Irlande du Nord.

Le groupe le plus relevé sera sans doute déterminé par la présence de l'Italie, vice-championne d'Europe en titre et équipe la plus huppée du deuxième chapeau, tandis que la Suède de Zlatan Ibrahimovic fait figure de nation à éviter dans le troisième chapeau.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer