L'Impact prône la patience avec Frank Klopas

Malgré le début de saison difficile de l'Impact,... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Malgré le début de saison difficile de l'Impact, l'entraîneur Frank Klopas (à droite) a reçu l'appui du directeur sportif de l'équipe Nick De Santis (à gauche) jeudi.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Frank Klopas peut encore travailler tranquillement; il a reçu, jeudi, l'appui de sa direction, malgré le début de saison désastreux de l'Impact (0-4-3) et la lourde défaite à Kansas City (4 à 0).

Lors d'une rencontre avec les médias montréalais, Nick De Santis a réitéré sa confiance en Klopas tout en précisant qu'il allait se montrer patient avec son troisième entraîneur en trois saisons.

«Les deux dernières années avec Jesse (Marsch) ou Marco (Schällibaum), on a pris des décisions que l'on aurait facilement pu ne pas prendre, a expliqué le directeur sportif sur la propension de l'équipe à changer d'entraîneur. Mais avec Frank, sa façon de travailler et sa gestion de l'équipe, on est confiant que l'on va s'en sortir.»

Du même souffle, De Santis a vanté l'approche détaillée de Klopas dans la planification des entraînements. Si cela ne s'est pas traduit lors des matchs, il considère qu'avec un peu de chance et d'efficacité, l'Impact aurait de trois à cinq points supplémentaires au classement.

«Le début de saison est une grande frustration et une grande déception, mais il faut essayer de contrôler les émotions pour réagir de la bonne manière, a-t-il ajouté. Le moment est difficile, mais nous ne sommes pas la seule équipe à en vivre. L'important, dans la MLS, est d'essayer de les surpasser le plus tôt possible.»

À la défense de leur entraîneur

Peut-être encouragés par le classement très équilibré dans l'Association de l'Est, les joueurs n'ont pas encore franchi le pas vers le négativisme. Matteo Ferrari et Marco Di Vaio sont venus à la défense de Klopas après l'entraînement de jeudi.

«J'aime l'entraîneur et le travail qu'il fait. Il est très professionnel et il aime passer en revue tous les détails. Il prépare bien les matchs», a clamé le défenseur.

«Il sait qu'on a de bons joueurs et qu'on a la possibilité de se sortir de ce moment-là. Si quelque chose ne va pas bien, il te parle aussi en face sur les choses à améliorer», a complété l'attaquant.

Confiance en l'équipe et... dans les futurs joueurs

Ces dernières semaines, Klopas a donc reçu une partie du blâme populaire pour ses compositions parfois étonnantes et ses changements tardifs, voire inattendus. De Santis n'a pas été épargné non plus par les critiques qui ont, entre autres, pointé du doigt sa maigre activité au cours de l'hiver. «Je comprends la déception et, comme je passe mon quotidien à Montréal, je ressens tout ce que les gens ressentent, a répondu le principal intéressé. Ils ont le droit de critiquer, et je suis dans une position où je dois l'accepter. Mais j'ai confiance en cette équipe et dans les quelques additions pour l'améliorer.»

Sur ce plan, le club a souligné que la possibilité d'ajouter un troisième joueur désigné était bien réelle. Le nom du milieu gauche argentin Ignacio Piatti circule toujours pour occuper cette fonction, à partir du mois de juillet. «On est très intéressés et les choses vont bien entre nous. Il fait très bien avec San Lorenzo qui a encore gagné (mercredi) en Copa Libertadores, en huitièmes de finale. Ce n'est pas facile, mais c'est dans nos plans de l'amener à Montréal», a mentionné De Santis.

D'ici cette possible arrivée, l'Impact n'aura pas le choix de rectifier le tir, à commencer par le match de samedi contre l'Union de Philadelphie, au stade Saputo. Le groupe des 18 devrait ressembler à celui qui s'est incliné à Kansas City, mais du renfort devrait bientôt provenir de l'infirmerie montréalaise. Au cours des prochaines semaines, Sanna Nyassi, Hernán Bernardello, Adrian Lopez et même Nelson Rivas devraient être disponibles. Les deux derniers sauront-ils stabiliser une défense largement dépassée cette année? Après sept rencontres, elle présente le pire bilan de la MLS avec 14 buts concédés.

«On a souffert défensivement lors des trois dernières saisons, a corrigé De Santis. Faut-il blâmer les défenseurs seulement? Non, car c'est aussi une mentalité à avoir. Mais cela prend du temps et un nouvel entraîneur essaie de faire appliquer son système. Cela va venir, et les gars savent qu'il faut être bien en place défensivement pour gagner des matchs.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Jeb Brovsky en mauvaise posture

    Soccer

    Jeb Brovsky en mauvaise posture

    Si l'on se fie aux déclarations de Frank Klopas, Jeb Brovsky n'est pas près de retrouver une place de titulaire. Présent dans le onze partant lors... »

la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer