Mondial junior: où sont passés les spectateurs?

Le match entre la Suisse et la Suède... (Photo Ryan Remiorz, La Presse canadienne)

Agrandir

Le match entre la Suisse et la Suède présenté à Toronto mercredi dernier a attiré une maigre foule.

Photo Ryan Remiorz, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TORONTO) Les foules avaient été décevantes il y a deux ans, lors du Mondial junior, à Toronto, mais surtout à Montréal. Quelques jours après le coup d'envoi de l'édition 2017, les premiers chiffres dressent un portrait encore plus sombre cette année, à Montréal, mais aussi à Toronto.

Les foules sont en chute libre. À Toronto, les chroniqueurs n'en reviennent pas. Hockey Canada a même dû répondre aux questions des journalistes, hier, tant l'histoire est sur toutes les lèvres.

«Si on avait su alors [en 2013] ce qu'on sait maintenant, peut-être qu'on n'aurait pas choisi de faire deux tournois en deux ans dans les mêmes villes. Mais ça ne change rien au fait qu'on est très contents d'être venus à Montréal et Toronto.»

Scott Smith, vice-président de Hockey Canada

Alors, quels sont ces chiffres ? La Presse a calculé la moyenne des assistances après sept matchs préparatoires à Montréal et Toronto. Les résultats démontrent que malgré tous les efforts déployés par Hockey Canada pour améliorer la situation de 2015, celle-ci a empiré.

Au Centre Bell - où ne joue pas le Canada en ronde préliminaire, il est vrai -, les foules ont fondu de moitié. Lors des six premiers matchs présentés au domicile du Canadien, il y a eu en moyenne 5408 spectateurs, contre 10 026 il y a deux ans alors que le Canada était en ville.

La demande est si faible que lors du match de mercredi entre la Suède et la Suisse, des spectateurs ont pu payer 6 $ leur billet sur des sites de revente en ligne. Une facture consultée par La Presse montre que des Montréalais ont payé, frais de service compris, 49,70 $ pour cinq billets ce soir-là.

La même glissade se constate à Toronto et elle est encore plus surprenante. Tout indique que la ronde préliminaire cette année, avec le Canada en ville, attirera moins de spectateurs qu'il y a deux ans, sans le Canada !

En 2015, la ronde préliminaire avait attiré en moyenne 13 500 spectateurs par match au Centre Air Canada. Après six matchs cette année, il y en a 11 124 en moyenne. Le très couru match de demain entre les États-Unis et le Canada ne sera vraisemblablement pas suffisant pour tout arranger.

Autre surprise, Toronto a battu Montréal pour la pire assistance à un match du Canada en 2015 ou 2017. Il y a deux ans, elle avait été enregistrée dans un match contre l'Allemagne, avec 12 733 spectateurs au Centre Bell. Il y en a eu 12 694 mardi soir au domicile des Maple Leafs lors du match entre le Canada et la Slovaquie.

UN MARCHÉ « SATURÉ »

Scott Smith, qui prendra la place de Tom Renney à la présidence de Hockey Canada en juillet (voir encadré), a tenté d'expliquer la baisse à Toronto.

« Le marché de Toronto a été saturé de sport, ces derniers mois, et ça a sûrement eu un impact, a-t-il dit. Les succès des Jays, des Raptors ou du FC Toronto ont certainement pris une partie du budget des gens pour des billets. »

La baisse à Montréal s'explique en partie par l'absence de l'équipe canadienne en ronde préliminaire. « On espère avoir de bonnes foules quand le Canada jouera là-bas. Je suis optimiste », a dit M. Smith.

N'empêche, ça n'explique pas tout. Dans une récente entrevue au Toronto Sun, Tom Renney indiquait que les prix avaient été abaissés à Montréal pour améliorer la situation. Les billets coûtent 30 % de moins cette année, a dit Renney.

« Pour moi, Montréal et le Québec sont un endroit spécial. J'adore la culture. C'est un des meilleurs marchés de hockey au monde. En même temps, on n'est pas le Canadien. Il domine ce marché », a-t-il dit au Sun.

En plus de proposer des billets moins chers, les organisateurs ont permis cette année d'acheter des billets individuels beaucoup plus tôt. Mais il semble que ça n'ait pas été suffisant.

Est-ce un désastre ? Hockey Canada a dit hier espérer encore atteindre ses objectifs de rentabilité et atteindre des recettes de 21 millions de dollars en billets.

« J'ai envie de dire que si les neuf autres pays regardaient les foules dans ce tournoi, elles trouveraient que c'est pas mal », a lancé Scott Smith.

C'est probablement vrai. L'an dernier, Helsinki a établi un record d'assistance pour l'Europe avec une moyenne de 7174 par match. Ce n'est pas le Pérou.

Au match de mercredi au Centre Bell entre la Suisse et la Suède, il y avait 5630 spectateurs. Combien y en avait-il à Helsinki le 29 décembre 2015, à 20 h, pour le match entre la Suisse et le Canada ? Il y en avait 3522.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer