Le Canadien subit un cinquième revers consécutif

Timo Meier (à droite) a marqué ses septième... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Timo Meier (à droite) a marqué ses septième et huitième buts de la saison dans la victoire des Sharks de San Jose.

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne

De retour au Centre Bell après une absence de trois semaines, les hommes de Claude Julien ont livré une autre désolante performance en attaque et subi un revers de 4-1 aux mains des Sharks de San Jose.

De nombreux amateurs ont hué le Canadien pendant la troisième période et les cinq dernières minutes ont été jouées devant de nombreux sièges vides, signes d'une impatience grandissante chez les partisans. Et peut-être d'une forme de désespoir de voir la troupe montréalaise sortir un jour de cette torpeur.

> Le sommaire du match

Les joueurs étaient nombreux dans le vestiaire après le match et s'ils ont reconnu qu'ils s'étaient parlé entre eux, ils ont évité d'entrer dans les détails. Ce qu'on pouvait sentir, toutefois, c'est le fait qu'il est grand temps que la situation change au sein de la formation. Et ça devra se faire en groupe.

«Il y a une manière de gagner des matchs, il y a une manière de jouer et aujourd'hui, on ne l'a pas fait, a déclaré Charles Hudon.

«Dans un contexte comme celui-ci, tout peut aider. Dans ce cas-ci, il n'y a rien de négatif. Des réunions comme ça, ça peut juste apporter du positif. Il n'y a pas que les fans qui sont en colère, on l'est encore plus. On sait que c'est difficile de jouer à Montréal, mais c'est encore plus difficile de jouer de manière cette là», a ajouté Hudon.

Le seul but du Canadien a été l'oeuvre d'Andrew Shaw et a été inscrit alors que l'équipe profitait d'une supériorité numérique de deux hommes tard en deuxième période.

Il faut remonter à 5:19 de la deuxième période du match de mercredi dernier contre les Hurricanes de la Caroline pour retracer le dernier but du Tricolore à forces égales. L'honneur était revenu à Alex Galchenyuk.

Et les hommes de Claude Julien n'avaient même pas à affronter Martin Jones, le gardien numéro un des Sharks. Peter DeBoer avait plutôt choisi de faire confiance à Aaron Dell et celui-ci a inscrit une huitième victoire en 15 sorties cette saison, et une sixième consécutive.

Il faut dire qu'à l'exception des dix premières minutes du match, le portier de 28 ans des Sharks n'a été que très peu mis à l'épreuve même s'il a fait face à 31 tirs.

Quant à Carey Price, il a repoussé 29 des 33 rondelles dirigées vers lui et n'a une fois de plus rien à se reprocher.

En plus de jouer avec son brio habituel en défensive, Marc-Édouard Vlasic a récolté un but et une mention d'aide et mérité la première étoile du match.

Après avoir contribué au but de Joe Thornton (8e) en première période, le défenseur montréalais a inscrit l'éventuel but victorieux au milieu de la deuxième période. Il s'agissait de son 4e but de la saison et de son premier en carrière contre le Canadien, à son 14e match.

Timo Meier, qui connaît de bons moments depuis trois semaines, a ajouté ses septième et huitième de la saison dans un intervalle de 83 secondes entre la fin de la deuxième période et le début du troisième vingt.

Toujours 14e au classement général de l'Association Est, le Canadien (16-20-4) tentera de sortir de sa torpeur, mais la tâche sera ingrate puisque le Lightning de Tampa Bay sera le visiteur jeudi soir.

On aura alors, possiblement, une idée des répercussions de la petite discussion entre les joueurs.

Échos de vestiaire

Claude Julien, au sujet de l'état d'esprit qu'il décèle chez ses joueurs: «Je pense qu'il y a beaucoup de frustration. Quand il y a de la frustration, le niveau de compétition n'est pas où il devrait être, puis les décisions non plus. Et la frustration fait en sorte que nous prenons beaucoup de mauvaises décisions sur la patinoire. Et ça nous coûte des buts, ça nous coûte des matchs.»

Max Pacioretty, au sujet de l'incapacité du Canadien à générer une attaque soutenue: «Notre équipe est efficace quand elle utilise sa vitesse. Nous avons de la rapidité au sein de notre formation. Il nous faut pratiquer de l'échec-avant contre l'adversaire, lui rendre la tâche difficile. Nous pensons compter sur plus de rapidité que la majeure partie des équipes dans la ligue. Lorsque nous utilisons cette rapidité, nous sommes capables de créer des choses à l'attaque. Ce soir, ça n'a pas été le cas.»

Phillip Danault, au sujet de l'importance de demeurer unis: «C'est important qu'on reste dans le même bateau. On ne peut pas voir personne quitter le bateau. Il reste quand même 42 parties. Il reste encore beaucoup de matchs. Il faut y aller période par période, match par match, et trouver un moyen de marquer des buts.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:4273453:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer