Un contrat d'un an pour Alex Galchenyuk?

Les négociations de contrat entre Alex Galchenyuk et... (Photo Graham Hughes, archives La Presse canadienne)

Agrandir

Les négociations de contrat entre Alex Galchenyuk et la direction du Canadien devraient commencer au cours des prochains jours.

Photo Graham Hughes, archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le portrait salarial de chaque équipe de la LNH devra se préciser au cours des prochaines semaines alors que le repêchage d'expansion, le repêchage amateur et l'attente de la confirmation d'un nouveau plafond salarial vont stimuler l'activité à travers la ligue.

Du côté du Canadien, Marc Bergevin s'attaque ces jours-ci au dossier Carey Price, mais celui d'Alex Galchenuyk ne tardera pas non plus.

«Il n'y a pas encore eu de pourparlers, mais j'ai l'impression que ça pourrait commencer d'ici une semaine», soutient l'agent Pat Brisson, qui gère en parallèle le cas de Tyler Toffoli, des Kings de Los Angeles, qui est dans une situation contractuelle semblable à celle de Galchenyuk.

«Il y a une petite accalmie après le "combine" et avant le repêchage. Mais il faut dire que les équipes ne bougent pas beaucoup à cause du repêchage d'expansion. Après le repêchage, c'est là que ça va vraiment avancer.»

Le clan Galchenyuk est ouvert à l'idée d'un contrat à long terme avec le CH, mais ça ne doit pas être cela et rien d'autre.

«On ne dit pas non à un contrat d'un an aussi, indique Brisson. On va évaluer le dossier d'Alex et regarder ce qu'il peut valoir en arbitrage.»

Autonomie

Selon les règles de la LNH, lorsqu'une partie demande l'arbitrage - que ce soit l'équipe ou le joueur - et que le salaire est par la suite tranché par un arbitre, l'autre partie peut choisir d'appliquer le salaire déterminé sur un contrat d'un an ou de deux ans.

À première vue, ça pourrait sembler risqué pour Galchenyuk d'amorcer lui-même l'arbitrage étant donné que ses statistiques ne le placent pas nécessairement en position de décrocher le gros lot. S'il perdait sa cause, il s'exposerait à ce que le Tricolore signe avec lui pour deux ans à une somme inférieure à sa valeur véritable.

Mais cette possibilité n'inquiète pas Brisson.

«Alex est à deux ans de l'autonomie complète et c'est extrêmement rare qu'une équipe s'entende sur un contrat qui amène le joueur directement à l'autonomie, souligne-t-il. Ou bien elle le signe pour un an, ou bien elle tente sur un contrat à plus long terme de lui acheter des années d'autonomie.»

Le repêchage d'expansion ne viendra pas influencer les négociations entre Galchenyuk et le Canadien, car il est très peu probable que les Golden Knights de Vegas se lancent dans les offres hostiles. La nouvelle concession pourra signer dès le 18 juin des contrats avec des joueurs autonomes avec et sans compensation, mais seulement ceux qui n'auront pas été protégés par leur formation. 

Or, il est évident que Galchenyuk le sera par le Tricolore.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer