Le Canadien arrête son choix sur Mikhail Sergachev

Sergachev (à droite) est doté d'un puissant lancer,... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Sergachev (à droite) est doté d'un puissant lancer, autant son tir du poignet que son lancer qu'il utilise habilement sur réception.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Buffalo) Le Canadien a mis la main sur l'un des défenseurs les plus mûrs et les plus proches de la Ligue nationale en Mikhail Sergachev, un arrière russe qui a évolué pour les Spitfires de Windsor cette saison.

« Misha », comme il aime se faire appeler, a créé une forte impression chez les Spitfires, s'adaptant immédiatement au hockey nord-américain et à son nouvel environnement.

« Il ne parlait pas un mot d'anglais et a appris la langue en l'espace de trois semaines, nous a raconté son coéquipier Logan Brown. Il est toujours resté en étroite communication avec moi pour qu'on fasse des choses ensemble. Il m'appelait : Brownie ! Brownie ! Allons au cinéma, allons au magasin ! Il nous était apparu intimidant un début, mais c'est vite disparu quand on a appris à le connaître. On est très chanceux de l'avoir. »

Ses 57 points en 67 matchs ont permis à Sergachev d'être choisi le défenseur de l'année dans la OHL. Il a inscrit 17 buts, ce qui a constitué un sommet chez les arrières de la ligue.

Sergachev est doté d'un puissant lancer, autant son tir du poignet que son lancer qu'il utilise habilement sur réception. On dit qu'il ne s'en est pas toujours servi à profusion, mais ça s'est avéré une arme dangereuse pour lui en avantage numérique, où il a récolté 31 de ses 57 points.

À 6'2 et 208 livres, Sergachev a déjà un physique digne de la Ligue nationale. Il s'en est servi  pour appliquer de solides mises en échec quand l'occasion se présentait.

À défaut d'offrir du jeu électrisant, le jeune Russe présente un jeu dénué de failles évidentes. Le Canadien l'avait suivi de près au cours des derniers mois.

En entrevue avec La Presse, Dan Marr, le directeur de la Centrale de recrutement de la LNH, a noté qu'il jouait parfois de façon blasée à Windsor. 

« Il tombait endormi et se faisait prendre hors position dans sa zone, nous a-t-il confié. Il arrivait toujours à récupérer, mais c'est comme s'il ne se sentait pas suffisamment mis au défi. Il baissait sa garde. Cela dit, il a toutes les habiletés, la force et l'intelligence pour que ça ne coûte pas cher à son équipe. C'est une mauvaise habitude dont il doit se défaire mais je pense que ça va s'estomper quand il va devoir se battre pour un poste dans la LNH. »

Et parions que c'est son intention pour octobre prochain. Si un défenseur de cette cuvée peut entreprendre la prochaine saison dans la LNH, c'est peut-être bien Mikhail Sergachev.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer