Tom Gilbert: «On s'est trouvé des excuses»

Tom Gilbert deviendra joueur autonome sans compensation le 1er... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Tom Gilbert deviendra joueur autonome sans compensation le 1er juillet.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'est pas trop tôt pour faire l'autopsie de cette saison qui a déraillé de façon spectaculaire après la blessure subie par Carey Price. Le défenseur Tom Gilbert, dont la campagne est terminée et qui a peut-être joué son dernier match avec le Tricolore, a déjà fait la sienne.

«Nous sommes une équipe rapide, et quand on joue comme on en est capables, on peut battre n'importe qui, a d'abord rappelé Gilbert, qui a été opéré au genou gauche le 24 février. On a le personnel en place pour le faire. Mais on est devenus frustrés lorsqu'on s'est mis à en arracher, et c'est une question de maturité que de trouver le moyen de s'en sortir en équipe quand ça va moins bien.

«Il ne faut pas rabrouer les autres et il ne faut pas s'éloigner du système de jeu... Or, c'est un peu ce qui est arrivé. On s'est trouvé des excuses pendant qu'on perdait, au lieu de trouver des façons de se regrouper pour gagner. S'il y a une chose à retirer de cette saison, c'est qu'il faudra se montrer plus matures.»

Gilbert juge que l'équipe ne s'est pas suffisamment serré les coudes et que des joueurs, pourtant soucieux de satisfaire aux attentes qu'ils avaient envers eux-mêmes, ne s'y sont pas pris de la bonne manière pour y arriver. Leurs coéquipiers s'en sont aperçus.

«Il faut être capable de se regrouper et de se dire: je ne joue pas bien, tu ne joues pas bien, essayons de trouver des solutions en équipe.»

On a fait état depuis l'an dernier de la transition qui s'opérait en matière de leadership chez le Canadien. Plusieurs vétérans sont partis et Max Pacioretty, qui en était cette année à sa première saison en tant que capitaine, n'a pas eu tout le soutien nécessaire pour maintenir le cap.

Gilbert estime que l'ajout de vétérans serait bénéfique.

«Ils ont vu neiger, ils ont déjà traversé des léthargies et ils savent comment réagir quand ça se produit, décrit l'arrière de 33 ans. Ils savent qu'il ne faut pas se mettre à tout changer. On peut revoir notre effort, ou cerner quelques erreurs précises à corriger, mais il doit y avoir une certaine compréhension de ce qu'on traverse. Ça nous a manqué cette année.»

Un effet d'accumulation

Gilbert s'est blessé la première fois au genou droit le 22 décembre au Minnesota et a dû s'absenter un mois. À son retour, il n'a disputé que neuf rencontres - neuf de ses meilleures - avant de déclarer forfait pour de bon.

«J'avais eu des entorses au genou auparavant, mais même s'il pouvait y avoir de légères déchirures, on ne pouvait pas toujours voir de quoi il retournait vraiment. Il y a eu une accumulation au cours des deux dernières années. C'est devenu plus flagrant lors de ma première blessure cette saison, mais avec la réadaptation, je ne sentais rien de significatif après mon retour au jeu. J'étais prêt à jouer.»

D'une certaine manière, donc, ce serait une erreur que de dire que Gilbert a joué blessé à son retour. Mais ce qui était latent s'est déclaré de façon inopinée le 19 février lors de la visite des Flyers de Philadelphie.

«Je n'ai rien fait de travers, ça s'est juste passé sur un simple pivot. On a fait tout le nécessaire pour éviter l'opération, mais ça n'a pas été possible.»

Maintenant qu'il a amorcé sa réadaptation, l'Américain est l'un des nombreux joueurs du CH à fréquenter l'infirmerie.

«C'est vraiment un bazar, décrit-il. J'ai joué au sein de quelques équipes qui, en fin de saison, accumulaient les blessures. Mais il y a aussi un élément de malchance: un premier joueur se blesse, et tout à coup, il y a un effet domino. C'est ce qui s'est passé ici.

«Ma saison est terminée, mais je vois de nouveaux visages débarquer à la clinique tous les jours. C'est Carey Price qui en a vu le plus. C'est lui, le résidant!»

Il voudrait rester, mais...

Tout compte fait, l'opération est survenue à un meilleur moment que si Gilbert avait dû s'y résoudre à la fin de la saison. Étant donné qu'on anticipe une convalescence de six mois avant que le genou ait repris toute sa force, il aura récupéré à temps pour le prochain camp d'entraînement.

Reste à voir avec quelle équipe ce sera.

Le défenseur à la longue chevelure deviendra joueur autonome sans compensation le 1er juillet. Il aimerait être de retour à Montréal, mais les progrès de Mark Barberio et Greg Pateryn pourraient le contraindre à se trouver du travail ailleurs.

«Ma priorité, c'est la santé, dit-il. La deuxième, c'est de me trouver du travail. Et la troisième, c'est de gagner la Coupe Stanley. Le temps commence à manquer. Je n'avais pas goûté aux séries éliminatoires à mes six premières saisons dans la LNH avant d'en avoir un aperçu au Minnesota. En arrivant ici, ç'a été formidable. C'est le hockey le plus excitant qu'on puisse trouver. Pouvoir retrouver cela durant les prochaines années, ce serait super.»

Gilbert termine un contrat de deux ans qui lui rapporte 2,8 millions annuellement. Mais la réalité étant ce qu'elle est pour un vétéran de 33 ans - à plus forte raison pour celui qui se remet d'une opération sérieuse -, il gagnera beaucoup, beaucoup moins l'an prochain.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer