Greg Pateryn saisit sa chance

Greg Pateryn profite pleinement de l'occasion qui lui... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Greg Pateryn profite pleinement de l'occasion qui lui est offerte de se faire valoir en raison des nombreux blessés chez le Tricolore.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aucun joueur en cette fin de saison n'a l'air de saisir sa chance davantage que Greg Pateryn. Le défenseur de 25 ans, qui plus tôt cette saison avait été laissé de côté 29 fois sur une séquence de 33 matchs, a l'occasion de se faire valoir en raison des nombreux blessés.

Et il en profite pleinement.

«Ça démontre à quel point les choses peuvent changer vite», a lancé Pateryn, qui a été choisi la troisième étoile au terme du match de mardi.

«C'est une bonne façon pour moi de montrer que j'aurais pu jouer durant toute l'année.»

Le colosse américain ne cesse d'établir de nouvelles marques personnelles en matière de temps de jeu. Face aux Stars de Dallas, il a été employé durant 22:12. C'est que depuis la perte de Nathan Beaulieu, on lui demande d'évoluer sur le deuxième duo à la ligne bleue, aux côtés d'Alexei Emelin. Jusque-là, il avait toujours travaillé sur un troisième duo et n'affrontait pas des adversaires d'aussi bonne qualité.

«Ç'a été un défi, a-t-il admis. Les joueurs des deux premiers trios dans cette ligue se paient un festin face aux défenseurs qui sont pris hors position. Or, le positionnement est l'un des aspects de mon jeu dont je retire le plus de fierté.

«J'ai le sentiment d'avoir bien répondu. J'ai joué contre plusieurs très bons joueurs depuis deux semaines et c'est bon pour ma confiance de savoir que je suis capable de les neutraliser. Je dois aussi saluer le travail d'Emelin. Il a l'habitude d'affronter des joueurs de ce calibre et on s'entend bien.»

«J'ai surmonté de plus gros obstacles...»

Pateryn assure qu'il n'a jamais cessé de penser qu'il avait un avenir chez le Canadien.

«Il y a des journées où ç'a pu être plus difficile de venir m'entraîner parce que les choses n'évoluaient pas, convient-il. J'en ai eu quelques-unes comme ça. Mais je n'arrêtais pas de me répéter que j'avais surmonté de plus gros obstacles auparavant et que ça ne m'avait pas empêché d'atteindre la LNH. Je n'allais pas laisser une chose comme celle-là m'empêcher d'être là où je voulais être.»

Ces obstacles, ce sont entre autres tous ceux qui ont levé le nez sur lui et qui n'ont pas cru en ce qu'il pouvait apporter.

«Je n'ai jamais été celui qui était "censé réussir" et ça m'a toujours motivé de faire taire mes détracteurs, confie-t-il. Il faut dire que je n'ai jamais été bien spectaculaire. Au contraire, je suis le genre de gars qu'on ne voit pas beaucoup sur une patinoire...»

Alex Galchenyuk, Sven Andrighetto et Max Pacioretty... (Photo André Pichette, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Alex Galchenyuk, Sven Andrighetto et Max Pacioretty

Photo André Pichette, La Presse

Andrighetto aussi a une belle occasion

Si Pateryn semble saisir sa chance à la ligne bleue, Sven Andrighetto obtient à l'attaque une occasion d'aussi grande qualité. Dans le cas du Suisse, c'est la blessure de Brendan Gallagher qui lui a ouvert une porte.

«C'est une énorme occasion pour moi: je joue sur le premier trio et je suis aux côtés de deux très bons joueurs. C'est à moi d'en profiter.»

La constance est un défi pour tout jeune joueur, mais ç'a été particulièrement frappant dans le cas du petit ailier de 22 ans. Il y a des soirs - comme mardi - où il s'est montré très convaincant. D'autres où on ne l'a presque pas vu. Et les matchs qu'il a disputés sur le quatrième trio ne l'ont jamais aidé à se mettre en valeur.

Max Pacioretty a dit d'Andrighetto qu'il le percevait désormais comme un joueur «régulier» de la Ligue nationale. Mais Michel Therrien, lui, veut attendre encore avant de s'emballer.

«Il reste plusieurs matchs», a-t-il prévenu avant de souligner à gros traits l'importance de trouver de la constance à l'échelle de la LNH.

«À la fin de la saison, il y a des décisions qui vont être prises et on ne pourra pas les prendre en se disant "on espère que...". Il faut qu'on ait des faits sous la main, des choses qu'on a vues et identifiées et qui pourront servir la saison prochaine.»

C'est un peu ce que Pateryn démontre en défense; le Canadien sait désormais qu'il a un défenseur «régulier» sous la main en vue de l'année prochaine. Mais a-t-il en Andrighetto un ailier capable d'être efficace au sein des deux premiers trios?

«Il est mis dans une position où l'on s'attend à ce qu'il soit productif offensivement, a résumé Therrien. Il se doit de l'être.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Michael McCarron, ici pour apprendre...

    Hockey

    Michael McCarron, ici pour apprendre...

    Michael McCarron n'a pas grandi en rêvant au Canadien de Montréal, alors peut-être ne peut-il pas comprendre. Ne pas comprendre à quel point ce club,... »

  • Alex Galchenyuk et le mandat défensif

    Hockey

    Alex Galchenyuk et le mandat défensif

    Max Pacioretty reconnaît que jouer aux côtés d'Alex Galchenyuk demande un ajustement par rapport au fait d'être employé avec Tomas Plekanec. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer