Duncan Keith, le lapin Energizer des Blackhawks

Duncan Keith... (PHOTO LIAM RICHARDS, ARCHIVES PC)

Agrandir

Duncan Keith

PHOTO LIAM RICHARDS, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Whyno
La Presse Canadienne
TAMPA

Duncan Keith assure qu'il n'est pas fatigué. Pourtant, on l'utilise tellement en séries éliminatoires qu'il est même possible pour les amateurs d'être essoufflés uniquement qu'à le regarder aller.

Au cours des trois premiers tours des séries, le défenseur étoile des Blackhawks de Chicago a patiné pendant plus d'une heure de plus que son plus proche poursuivant, soit au total 537 minutes.

S'il continue d'être utilisé pendant 31 minutes 36 secondes par match, il conclura les séries avec la moyenne d'utilisation la plus élevée depuis que le Elias Sports Bureau a commencé à colliger les données en 1998.

Keith est en voie de franchir le plateau des 600 minutes de temps de jeu, un exploit qui n'a été accompli que 31 fois depuis 1998 et deux fois déjà par lui. Une troisième lui permettrait de devancer Chris Pronger et Scott Niedermayer, entre autres.

«C'est un monstre en matière de métabolisme et de niveau de conditionnement, a lancé l'entraîneur des Blackhawks Joel Quenneville, au cours de la finale de l'Association Ouest. Certains gars sont génétiquement doués sur le plan de l'aérobie et de l'anaérobie.»

Keith est davantage sollicité depuis la perte de Michal Rozsival et Quenneville doit composer avec le manque de profondeur des Blackhawks en défense. Niklas Hjalmarsson (26:34 minutes par match), Brent Seabrook (26:21) et Johnny Oduya (25:23) doivent également prendre les bouchées doubles.

À la suite de la victoire des Blackhawks face aux Ducks d'Anaheim dans la septième rencontre de la finale de l'Ouest, Keith a argué qu'aucun joueur n'est fatigué à ce stade de la saison. La fébrilité entourant la confrontation à venir en finale contre le Lightning de Tampa Bay est tout ce que le lapin Energizer des Blackhawks a besoin.

Keith est en voie de surpasser l'utilisation moyenne de 31:10 de Nicklas Lidstrom des Red Wings de Detroit au cours des séries de 2002. Si la finale atteint la limite, il va surpasser le temps de jeu total de 747:33 minutes du défenseur Drew Doughty des Kings de Los Angeles, la saison dernière.

«Keith sait comment bien gérer son temps d'utilisation, a mentionné le défenseur du Lightning Matt Carle, qui a passé en moyenne 25 minutes par match au cours des séries de 2010 comme membre des Flyers de Philadelphie. Vous le regardez à l'oeuvre, il patine avec beaucoup d'aisance. Mais j'imagine que ça finit à la longue par user le corps.»

Keith se tire fort bien d'affaire avec une récolte de 18 points - le total le plus élevé pour un défenseur en séries.

Carle n'est pas sans savoir que contenir le lauréat du trophée Norris âgé de 31 ans sera un facteur important pour le Lightning en finale.

«Quand vous devez batailler inlassablement dans votre propre zone, c'est à ce moment que vous vous fatiguez le plus comme défenseur, a avancé Carle. Nous essaierons de le faire travailler le plus possible et de l'épuiser.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer