Le statut de Martin Reway clarifié

Martin Reway, un espoir du Canadien, honorera la... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Martin Reway, un espoir du Canadien, honorera la dernière année de son contrat à Prague avant de réévaluer un possible retour en Amérique du Nord.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le statut de l'espoir du Canadien Martin Reway semble susciter bien des questions à l'heure actuelle car, si l'on en croit certains médias, le Tricolore aurait jusqu'au 1er juin pour lui faire signer un premier contrat professionnel, sans quoi le jeune Slovaque redeviendrait admissible au repêchage.

Or, il n'en est rien.

Après vérification auprès de ses agents et du Canadien, il appert que le dynamique ailier de 5'9 pourra continuer de porter les couleurs du HC Sparta de Prague sans avoir à se soucier de son statut de ce côté-ci de l'Atlantique.

«À ce que je comprends de la nouvelle convention collective et de la nouvelle entente avec la Fédération internationale, c'est que si Martin avait joué la saison dernière avec les Olympiques de Gatineau, il faudrait absolument qu'il signe un contrat d'ici le 1er juin, a expliqué Peter Kadlecek, l'un des agents représentant Reway en Europe. Mais puisqu'il est parti pour jouer avec le Sparta, il n'y a aucune urgence pour le Canadien de lui faire signer un contrat. Selon la nouvelle convention collective, il a deux ans de plus pour se faire une idée.»

Les joueurs repêchés dans le cadre du programme junior canadien doivent être mis sous contrat dans les deux ans suivant leur sélection, sans quoi ils redeviennent admissibles au repêchage. Quant aux joueurs qui restent en Europe (c'est le cas de l'espoir Arturri Lehkonen), l'équipe a maintenant quatre ans pour les mettre sous contrat.

La particularité avec Reway, c'est qu'en quittant Gatineau pour Prague, il a pu passer du statut de joueur nord-américain au statut de joueur européen. C'est du moins ce que nous a expliqué Gerry Johannsson, de la firme Sports Corporation, qui représente les intérêts de Reway au Canada.

L'an dernier, à la suite de sa saison junior, le Canadien lui avait soumis une offre en bonne et due forme (bona fide offer) que Reway avait déclinée puisqu'il avait déjà décidé de jouer avec le Sparta de Prague et d'y recevoir un salaire professionnel. Ce genre d'offre - qui peut déboucher ou non sur un contrat - permet à l'équipe de retenir les droits du joueur.

Pas de camp de perfectionnement

En janvier dernier, à l'occasion des Mondiaux juniors, Reway avait expliqué en détail à notre collègue Gabriel Béland qu'il avait décidé de subvenir aux besoins de sa famille avec le salaire du Sparta plutôt que de vivre de la maigre pitance du junior québécois.

Reway entend maintenant honorer la dernière année de son contrat à Prague avant de réévaluer un possible retour en Amérique du Nord. Il semble par ailleurs avoir mis une croix sur le camp de perfectionnement qu'organise le Canadien chaque été.

«Il ne veut pas y aller», a tout bonnement répondu Peter Kadlecek.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer