Max Pacioretty, le nouveau leader

La sphère d'influence de Max Pacioretty chez le... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

La sphère d'influence de Max Pacioretty chez le Canadien est grandissante depuis le début de la saison, autant sur la patinoire qu'à l'extérieur de celle-ci.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lorsque Max Pacioretty a été sollicité cet été pour porter le «A» sur son chandail, il a appréhendé que cela soit une responsabilité lourde à porter. Or,  chaque jour qui passe, il est de plus en plus à l'aise dans le rôle qui lui a été confié.

«Je craignais que ça représente plus de pression, mais c'est juste plus de motivation», a indiqué l'attaquant américain.

À la suite du départ des vétérans Brian Gionta, Josh Gorges et Travis Moen, le leadership est en transition chez le Canadien. Ça pourrait prendre encore un certain temps à se placer, mais Pacioretty est l'un de ceux qui s'appliquent à combler le vide.

«Chaque année depuis que je suis ici, il est devenu de plus en plus un leader, relève son compagnon de trio Brendan Gallagher. Mais il n'a pas vraiment changé. C'est surtout la façon dont les gens le regardent qui a changé.»

C'était important pour le principal intéressé de ne pas modifier son attitude et de demeurer lui-même.

«Les années précédentes, je ne parlais pas beaucoup dans le vestiaire, note Pacioretty. Je ne pouvais quand même pas arriver au premier match et me mettre à faire le cheerleader, ça aurait sonné faux.

«Mais j'essaie de parler davantage et de montrer l'exemple.»

Il sait quand même quand se taire.

Même s'il s'est imprégné des événements entourant le décès de Jean Béliveau, il n'a pas senti le besoin de s'adresser à ses coéquipiers, mardi. Tout le monde comprenait l'enjeu, dit-il.

L'estime de ses pairs

Pacioretty soutient que le fait de jouer en infériorité numérique et d'être devenu un meilleur joueur dans les deux sens de la patinoire l'a aidé à gagner en respect et en crédibilité auprès de ses coéquipiers.

«C'est la meilleure sensation au monde de marquer un but, mais quand ça ne se produit pas et qu'on sent qu'on ne participe pas à la victoire de l'équipe, on se sent unidimensionnel, nous confiait-il en début de saison. Le fait de jouer en infériorité numérique, et parfois aussi dans la dernière minute d'un match, rend notre contribution plus gratifiante.

«Un tir bloqué ou un dégagement dans une situation-clé, c'est le genre de choses que nos coéquipiers remarquent. On est perçu différemment que si l'on est juste un attaquant qui attend la chance d'aller en échappée pour marquer un but...»

On a validé ces propos auprès de Manny Malhotra, un vétéran aguerri qui collabore lui aussi à l'unité de désavantage numérique.

«Max n'est pas le plus bavard, mais quand il parle, les gars l'écoutent, explique Malhotra, lui-même l'une des voix qui portent le plus dans le vestiaire de l'équipe.

«Mais tout comme Tomas Plekanec, il mène par l'exemple. L'apport à l'équipe de ces deux-là est de démontrer la bonne façon de jouer. Il marque de gros buts pour nous, mais il fait aussi de petites choses moins glorieuses comme remporter ses batailles le long de la clôture ou des courses pour des rondelles libres, etc.»

De la parole aux actes

En plus d'être un adjoint sur la patinoire, Pacioretty est l'adjoint au représentant des joueurs pour la troisième saison consécutive. Il observe ce que font Mike Weaver et Malhotra, deux vétérans très impliqués, et il continue d'apprendre à leur contact.

Sa sphère d'influence est grandissante.

«Là où il va, le reste de l'équipe va aller, soutient Carey Price. Quand il bat le tambour, on suit la cadence.»

«À mesure que vous prenez de l'expérience, les plus jeunes se tournent davantage vers vous, rappelle Gallagher. À ce niveau-là, Max est très bon pour se rendre accessible et pour donner l'exemple.»

Plusieurs coéquipiers nous ont également parlé de lui comme d'un joueur capable de détendre l'atmosphère grâce à un très bon sens de l'humour.

Et au milieu de tout cela, on le voit plus avenant et plus disponible avec les médias. Les amateurs remarqueront que Pacioretty n'a pas peur de s'exprimer et de dire (parfois avec éloquence) ce qui a besoin d'être dit. Mais, comme l'a rappelé Michel Therrien en saluant la maturité et le sens des responsabilités de son attaquant vedette, parler ne suffit pas.

«Dire les bonnes choses, c'est facile. Mais agir ensuite, c'est différent, a noté l'entraîneur-chef. Ce n'est pas donné à tout le monde de prêcher la bonne parole dans le vestiaire, mais ça peut être donné à tout le monde d'agir de la bonne façon sur la patinoire.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer