Analyse

Un message clair des Canucks

Jim Benning, le nouveau directeur général des Canucks... (Photo Bill Streicher, USA TODAY Sports)

Agrandir

Jim Benning, le nouveau directeur général des Canucks de Vancouver.

Photo Bill Streicher, USA TODAY Sports

Il s'appelle Jim Benning. Le nom ne dit probablement rien au commun des mortels. Ceux qui suivent de près les activités de la LNH savent désormais de qui il s'agit. Il n'a pas été repêché hier.

Il est plutôt le nouveau directeur général des Canucks de Vancouver et il a été le plus actif de ses pairs à Philadelphie dans le cadre du repêchage de la Ligue nationale de hockey.

Benning, jusqu'à tout récemment adjoint du directeur général des Bruins de Boston, Peter Chiarelli, a d'abord échangé un joueur de 30 ans malheureux et usé, Ryan Kesler, aux Ducks d'Anaheim en retour d'un joueur de 26 ans, Nick Bonino, qui a obtenu 22 buts et 49 points l'an dernier, d'un jeune défenseur défensif de 24 ans, Luca Sbisa, qui peut jouer de 17 à 20 minutes par match, et d'un choix de première ronde, le 24e au total.

Il a aussi échangé un défenseur, Jason Garrison, qui traînait un salaire de 4,6 millions par an pour les 4 prochaines saisons, pour obtenir un choix de deuxième tour.

On dit qu'il a tout fait pour obtenir le premier choix au total détenu par les Panthers de la Floride et son DG Dale Tallon, mais son offre n'a pas suffi.

Les décisions de Benning sont significatives car son prédécesseur, Mike Gillis, a été congédié en raison de son incapacité à préparer la relève. Les Canucks formaient un club vieillissant, et le noyau d'espoirs n'était pas très emballant.

Benning vient de lancer un message clair : Vancouver se rajeunit et prépare la prochaine décennie. Les Canucks se retrouvent aujourd'hui dans le pétrin parce qu'ils ont obtenu de faibles résultats au repêchage.

Le nouveau DG, qui, ces derniers jours, a soufflé l'entraîneur Willie Desjardins aux Penguins de Pittsburgh, n'a pas eu le temps d'agir et de congédier son recruteur en chef, s'il le juge nécessaire. Il faudra donc attendre quelques années avant de savoir si le huitième choix au total, l'ailier Jake Virtanen, et le 24e, le centre Jared McCann, contribueront à relancer l'équipe. Mais au moins, Benning se donne les outils nécessaires pour relancer cette organisation à la dérive.

Avant d'annoncer son premier choix, le directeur général des Canucks a aussi tenu à saluer l'ancien dur à cuire de l'équipe, Gino Odjick, qui combat une maladie incurable. Triste nouvelle.

Un autre DG, David Poile, des Predators de Nashville, dormira sans doute bien lui aussi. Il a subtilisé un marqueur de 40 buts, James Neal, aux Penguins de Pittsburgh en retour de Patric Hörnqvist, un joueur offensif au talent plus limité, et un plombier, Nick Spaling, sans affecter sa masse salariale. On imagine que le nouveau DG des Penguins, Jim Rutherford, parie sur le fait que Hörnqvist produira davantage avec Sidney Crosby et Evgeni Malkin. À suivre.

Reste que le tsunami d'échanges n'a pas encore eu lieu. Joe Thornton, Jason Spezza, Dion Phaneuf, Sam Gagner et compagnie sont toujours avec leur équipe respective. D'autres surprises à venir aujourd'hui ?




À découvrir sur LaPresse.ca

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer