• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Prust accepte la sanction de la LNH et regrette d'avoir blessé un «bon ami» 

Prust accepte la sanction de la LNH et regrette d'avoir blessé un «bon ami»

Prust a envoyé un texto à Stepan après... (PHOTO SETH WENIG, AP)

Agrandir

Prust a envoyé un texto à Stepan après avoir su qu'il était blessé, et il a confié avoir reçu un bref message de l'attaquant des Rangers.

PHOTO SETH WENIG, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne
NEW YORK

Brandon Prust savait qu'il serait suspendu en apprenant que Derek Stepan avait subi une fracture de la mâchoire.

L'attaquant du Canadien se montrait d'ailleurs repentant, samedi, d'avoir blessé un «bon ami» qu'il a côtoyé chez les Rangers de New York.

«C'est une malencontreuse blessure pour lui et une malencontreuse situation pour moi. Je ne tente jamais de blesser mes adversaires, et «Step' est un ami», a affirmé Prust, en conférence de presse au Madison Square Garden.

Prust a envoyé un texto à Stepan après avoir su qu'il était blessé, et il a confié avoir reçu un bref message de l'attaquant des Rangers.

Il a relaté lui avoir écrit qu'il se sentait très mal, tout en lui présentant des excuses. L'attaquant du Canadien lui a expliqué qu'il voulait s'impliquer physiquement afin de fouetter ses coéquipiers, à sa première présence sur la glace.

«L'émotivité était à son comble. C'était ma première présence à New York en séries depuis que j'ai quitté les Rangers, a-t-il mentionné. Je cherchais à créer un contact physique, c'était mon objectif. Nous nous étions dit dans le vestiaire qu'il fallait préconiser un style physique. Malheureusement pour moi, ma mise en échec était tardive.»

C'est le principal reproche que le responsable du département de la sécurité des joueurs de la LNH, Stéphane Quintal, lui a adressé.

«La mise en échec en soi n'a pas été le sujet de l'audience, mais plutôt le synchronisme. La ligue juge que c'est une mise en échec tardive quand le joueur n'est plus en possession de la rondelle depuis six dixièmes de seconde, et dans mon cas c'était huit dixièmes.

«Je suis donc fautif. Moi je me concentrais à appliquer une mise en échec sévère. J'ai vu «Step» en possession de la rondelle et je l'ai ciblé. J'ai fait le nécessaire pour me présenter devant lui, et pas de côté. J'ai pris soin de garder les patins sur la glace et mon coude bien appuyé sur mon corps. Le contact a été légal. C'est juste qu'il a été tardif.

«Qu'il s'agisse d'un ami ou non, on ne veut jamais blesser personne. C'est très malheureux.»

Prust, qui avait écopé une suspension d'un match en séries en 2012 dans l'uniforme des Rangers, a accepté la décision de la LNH.

«Avant d'apprendre qu'il était blessé, j'étais confiant de ne pas être suspendu. Mais quand j'ai su la nouvelle, je m'attendais à avoir un ou deux matchs.

«Même après le match, quand j'ai visionné l'incident, je n'ai pas pensé qu'on pouvait me punir parce que c'était un coup tardif.»

Prust, jadis un athlète populaire à New York, sait que les partisans des Rangers ne le portent plus dans leur coeur.

«Ils ont raison d'être mécontents. Ce sont des passionnés, comme les partisans du Canadien. Je ne me préoccupe pas de leurs réactions parce que mes partisans sont maintenant ceux du Canadien.

«J'ai eu de bonnes années ici et j'adore encore la ville, mais toute ma concentration est centrée en vue d'un éventuel retour dans la série.»

Malgré le remords qui l'habite, Prust a dit souhaiter que son geste s'avère être un tournant dans la série.




publicité

publicité

la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer