Les Bruins sans Tyler Seguin et sans regrets

Les Bruins de Boston ne regrettent pas d'avoir... (Photo Greg M. Cooper, USA Today)

Agrandir

Les Bruins de Boston ne regrettent pas d'avoir échangé Tyler Seguin, même si le joueur de centre a récolté 67 points en 63 matchs cette saison avec les Stars de Dallas.

Photo Greg M. Cooper, USA Today

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les exploits du jeune Tyler Seguin à Dallas ne font pas exactement bien paraître le DG qui l'a échangé, Peter Chiarelli, des Bruins de Boston.

Seguin, 22 ans, est cinquième au classement de la LNH avec 67 points, dont 29 buts, en seulement 63 matchs, et une fiche de +14. Il totalise un point de moins qu'Alex Ovechkin, et un de plus que Patrick Kane, Corey Perry, John Tavares et Evgeni Malkin.

Bref, les Stars et leur nouveau directeur général ont réussi à obtenir un centre numéro un au talent exceptionnel sans trop souffrir.

Mais demandez à l'entraîneur des Bruins, Claude Julien, d'analyser la transaction et sa perspective est différente.

Les deux joueurs obtenus en retour, Reilly Smith et Loui Eriksson, permettent à Julien d'avoir plus de profondeur aux ailes, une lacune importante par le passé.

Julien n'a jamais trop su que faire de Seguin avec deux centres déjà établis, David Krejci et Patrice Bergeron, puisqu'il l'employait tantôt au centre, tantôt à l'aile. Aussi, le manque de sérieux de Seguin, deuxième choix au total de la LNH en 2010, n'a rien fait pour aider Julien à lui donner toute sa confiance.

«On peut analyser les transactions autant qu'on veut, mais il faut regarder la situation des deux équipes, et c'est un échange gagnant pour les deux clubs», a-t-il lancé, hier, après l'exercice matinal des Bruins.

«On savait tous que Seguin était un bon joueur, mais il fallait combler des trous en tenant compte du plafond salarial. La direction a eu une décision difficile à prendre, a poursuivi Julien. Smith nous en donne plus que prévu, et Eriksson joue du bon hockey pour nous après avoir subi deux commotions cérébrales en début de saison. Nous sommes au premier rang de notre division et nous nous battons pour le premier rang de notre association. C'est une situation gagnante.»

Smith a dû faire ses preuves

Eriksson a été ralenti par les blessures, ce qui peut expliquer ses 7 buts et 25 points en 43 matchs, mais Smith constitue une belle surprise avec 45 points, dont 18 buts, en 64 matchs. C'est plus de points que tous les attaquants du CH... sauf Thomas Vanek!

«On n'était même pas sûrs, au camp d'entraînement, qu'il se taillerait une place dans le club, mentionne l'entraîneur. Mais j'ai vite réalisé qu'il avait une bonne tête de hockey et qu'il provoquait des chances de compter presque à chacune de ses présences sur la glace. Il prenait les bonnes décisions sous pression. Il a même été le premier ou deuxième compteur de notre équipe pendant un bon moment, ce qui est très impressionnant pour un joueur à sa première saison complète.»

Smith lui-même n'avait pas de grandes attentes. «Je n'étais pas convaincu au départ qu'il s'agissait d'une bonne nouvelle d'avoir été échangé aux Bruins, a dit Smith hier matin. Je quittais un club qui peinait à se qualifier pour les séries éliminatoires pour me joindre à une puissance et je me demandais comment j'allais parvenir à percer leur formation. Mais ils m'ont donné la chance de me faire valoir et je leur en suis très reconnaissant. Tout va très bien jusqu'à maintenant.»

Le jeune homme de 23 ans était sans doute une carte cachée au départ, mais pas un joueur lancé au hasard dans la transaction. Les Bruins l'avaient à l'oeil bien avant la transaction, bien avant même qu'il soit repêché, lorsqu'il jouait dans le circuit junior A de l'Ontario.

«Il a obtenu 58 buts à ses deux saisons à Miami of Ohio, c'est beaucoup de buts au niveau collégial», a dit le DG Peter Chiarelli dans une interview récemment.

Smith a finalement été repêché en troisième ronde par les Stars au repêchage de 2009 à Montréal, année où Louis Leblanc a constitué le premier choix de l'équipe.

Les Bruins ne détenaient cependant pas de choix de deuxième ronde et lui avaient préféré Jordan Caron en première, car ils ne le trouvaient pas assez développé physiquement.

«Nous savions qu'il avait du talent, nous avions vu ce talent à St. Mikes dans les rangs juniors», a poursuivi Chiarelli dans cette même entrevue.

Le rendement de Smith, et des Bruins en général, aide l'organisation à mieux paraître. Reste que le meilleur joueur dans l'échange demeure Tyler Seguin et qu'il provoque sans doute quand même un certain pincement au coeur chez Chiarelli.

> Réagissez sur le blogue de Mathias Brunet




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:4273453:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer