Mises en échec limitées dans le réseau scolaire

Hockey Québec a décidé d'aller de l'avant et de limiter les mises en échec dans... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Hockey Québec a décidé d'aller de l'avant et de limiter les mises en échec dans le réseau scolaire. Une décision qui déçoit le président de la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS), l'une des deux ligues scolaires dans la province, qui n'exclut pas de se retirer de la fédération.

Hockey Québec a annoncé, en février 2015, la fin des mises en échec dans les ligues civiles de catégories bantam CC et midget BB. La mesure entrera en vigueur dès le début de la saison 2015-2016. Au cours de son assemblée générale annuelle, samedi, la fédération a cette fois entériné la proposition de son conseil d'administration d'y inclure le hockey scolaire.

Ainsi, les mises en échec seront interdites pour les hockeyeurs de 13 et 14 ans du réseau scolaire qui évoluent dans des catégories plus faibles, soit dans la division 2 cadet du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) et dans la catégorie M-15 mineur de la LHPS.

Les joueurs de 13 et 14 ans des catégories plus fortes seront autorisés à pratiquer des mises en échec avec restriction.

La fédération souhaitait dans un premier temps que la mise en échec disparaisse entièrement du hockey scolaire. Après des discussions avec la LHPS l'hiver dernier, un compromis a été trouvé, c'est-à-dire les mises en échec avec restriction.

«Il n'y aura pas de mises en échec face à face ou derrière la ligne de but», explique le directeur général de Hockey Québec, Sylvain Lalonde. Les joueurs ne pourront se frapper au milieu de la glace.

Ces mises en échec restreintes seront également autorisées dans la ligue civile pour la catégorie bantam BB.

Déception

Le président de la LHPS n'a pas caché sa déception, dimanche. «On est déçus de la décision et du processus», a expliqué à La Presse Martin Lavallée.

La LHPS craint que ces limitations des mises en échec ne ferment des portes à certains joueurs dans des niveaux supérieurs.

À titre de membre associé, la LHPS n'était pas invitée à l'assemblée annuelle et n'a pas pu voter sur la proposition, ce que déplore M. Lavallée.

M. Lavallée soutient également avoir eu beaucoup de difficulté à obtenir des informations de la part de la fédération et a appris par La Presse, dimanche, que la mesure avait été adoptée.

Sylvain Lalonde précise toutefois que le conseil d'administration avait déjà adopté la proposition et que le vote en assemblée n'était qu'une formalité.

M. Lavallée indique que la LHPS se réunira sous peu et débattra de la décision de Hockey Québec. «On va réfléchir à une alternative, prendre le temps de recevoir la position officiellement... Mais est-ce qu'il y aura une volonté de se soustraire de la fédération? Peut-être», a-t-il lâché.

«Ce serait particulier que pour une position qui touche une seule division et classe, qu'ils se retirent des cadres de la fédération», a réagi M. Lalonde. Conscient de la déception de la LHPS, il réitère que sa porte ne sera jamais fermée pour discuter directement avec M. Lavallée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer