Alouettes: Jacques Chapdelaine fait bonne impression

Jacques Chapdelaine sera instructeur des receveurs de passes et «conseiller spécial»... (La Presse, Alain Roberge)

Agrandir

Jacques Chapdelaine sera instructeur des receveurs de passes et «conseiller spécial» auprès d'Anthony Calvillo.

La Presse, Alain Roberge

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bonne nouvelle pour les partisans des Alouettes. La collaboration entre Anthony Calvillo et Jacques Chapdelaine s'annonce prometteuse. Après trois saisons de misère, l'attaque des Als devrait donc recommencer à être productive cet été.

Embauché à titre d'entraîneur des receveurs et de conseiller spécial du coordonnateur offensif, Jacques Chapdelaine a rencontré les médias montréalais pour la première fois mercredi au Stade olympique. Et le vétéran de la Ligue canadienne a fait une très bonne première impression. Ça faisait longtemps qu'on avait vu un entraîneur avec une telle prestance arriver dans le nid.

Calvillo avait besoin d'un homme comme Chapdelaine, 54 ans, à ses côtés afin de favoriser son développement comme coordonnateur offensif. Après les retentissants échecs qu'ont été les nominations de Mike Miller (2013), de Rick Worman (2014) et de Turk Schonert (2015) au poste de coordonnateur offensif, les Alouettes semblent enfin avoir trouvé la bonne recette.

«Je trouve ça très intéressant d'avoir la chance de travailler avec Anthony Calvillo», a dit Chapdelaine, qui était le coordonnateur offensif des Roughriders de la Saskatchewan la saison dernière, poste qu'il a également occupé avec les Stampeders de Calgary et les Lions de la Colombie-Britannique.

«On a eu de bonnes discussions téléphoniques. On n'accepte pas un poste sans s'assurer qu'il y ait une bonne communication. Anthony a une très bonne tête de football. Ce qu'il n'a peut-être pas en ce moment, c'est de l'expérience comme coordonnateur offensif», a dit le natif de Sherbrooke.

«Notre première conversation a duré environ une heure et demie», a noté Calvillo, qui est ravi de la tournure des événements.

«J'ai toujours senti que le groupe d'entraîneurs était la chose la plus importante afin qu'une équipe puisse connaître du succès, et Jim [Popp] m'a donné beaucoup de latitude afin de recruter et de trouver des adjoints qui me convenaient. Comment aurions-nous pu ne pas vouloir d'un entraîneur comme Jacques, qui possède tellement d'expérience?», a demandé Calvillo.

«Je ne possède pas encore de contacts dans cette ligue, alors Jim me propose des noms, puis je passe des entrevues avec les candidats qui m'intéressent. Lorsque son nom a été mentionné, j'étais très enthousiaste, et je suis très heureux que les choses aient fonctionné», a ajouté l'ancien quart-arrière.

Le prochain entraîneur-chef?

Chapdelaine était encore sous contrat avec les Roughriders lorsque Popp a demandé, puis reçu la permission de discuter avec lui. Le processus a duré un certain temps, mais les trois parties ont ensuite convenu d'un arrangement qui avait du sens, notamment sur le plan financier. «Tout le monde a fait un compromis», a indiqué Chapdelaine.

Parfaitement bilingue, Chapdelaine a joué deux saisons avec les Concordes/Alouettes en 1985 et 1986. Il s'est toutefois surtout fait connaître comme entraîneur-chef du Rouge et Or de l'Université Laval de 1997 à 2000. C'est sous ses ordres que l'équipe a remporté sa première Coupe Vanier.

Parce qu'il a accepté un poste qui est plus bas dans la hiérarchie d'une équipe que celui qu'il occupait la saison dernière, parce qu'il est québécois et parce que Popp ne restera probablement pas l'entraîneur-chef du club pendant plusieurs années, il est permis de se demander si Chapdelaine n'est pas venu à Montréal pour ultimement devenir leur prochain pilote. Mais dans l'immédiat, Chapdelaine n'a qu'un seul objectif.

«Comme je l'ai dit à Jim lors de nos entrevues, ce n'est pas une question de titre ou de promotion. Je vois ça comme un projet. C'est comme si c'était un projet d'affaires, mais c'est plutôt un projet de championnat. Et de pouvoir m'investir avec des personnes comme Anthony, Jim et les autres entraîneurs, c'était très intéressant pour moi», a expliqué Chapdelaine, qui a eu plusieurs discussions avec les Alouettes au cours des dernières années.

«C'est arrivé à quelques reprises et à différents niveaux. Dans un circuit comme la Ligue canadienne, où il n'y a que huit ou neuf équipes, les discussions sont quand même assez fréquentes, et c'est le cas avec plusieurs équipes, pas seulement une», a pris soin de préciser Chapdelaine, qui a signé un contrat de deux ans avec les Alouettes.

«Ça faisait quelques années qu'on regardait la situation à Montréal. La décision de venir ici était assez simple. Il y avait peut-être un cheminement à faire, mais j'étais rendu à ce point à la fin de la saison dernière.»

L'embarras du choix

Les Alouettes ont perdu leur bloqueur du côté gauche des huit dernières saisons lorsque Josh Bourke a choisi de poursuivre sa carrière à Toronto, et la situation au poste de quart demeure incertaine malgré la présence de Kevin Glenn. En revanche, leur groupe de receveurs est redevenu une force avec le retour de Duron Carter et de Kenny Stafford.

L'un des défis de Calvillo et de Chapdelaine sera justement de s'assurer que tous les receveurs soient relativement satisfaits de leur utilisation. Avec des joueurs comme Carter, Stafford, S.J. Green, Nik Lewis, Samuel Giguère et B.J. Cunningham dans la formation, ce ne sera pas si simple à faire.

«Lorsque j'étais l'entraîneur des receveurs l'année dernière, je riais souvent en disant qu'il revenait au coordonnateur offensif de s'assurer que tout le monde soit heureux. Mais à présent, ce sera ma responsabilité», a dit Calvillo, qui n'hésitera cependant pas à parler de l'importance de rester unis à son groupe de receveurs.

«Qu'il s'agisse de S.J., de Duron, de Samuel, de Nik ou de Kenny, tous ces joueurs devront comprendre que notre seul et unique objectif sera de remporter des victoires. Et je vais m'assurer qu'ils le comprennent tous très bien en discutant avec eux.»

Chapdelaine ne connaît pas personnellement les receveurs dont il a hérité, mais n'entrevoit pas de problèmes, lui non plus.

«J'ai toujours dit que les bons joueurs font de bons jeux, et que les bonnes personnes qui sont de bons joueurs font de bonnes équipes.»

Johnson et Martin à Montréal

Jovon Johnson s'est officiellement joint aux Alouettes, mercredi. Le demi défensif a disputé les deux dernières saisons avec le Rouge et Noir d'Ottawa. Il a été nommé joueur défensif par excellence de la ligue en 2011, alors qu'il faisait partie des Blue Bombers de Winnipeg.

Les Oiseaux ont également réembauché Dominique Ellis, qui est avec l'équipe depuis 2014. Demi défensif de 26 ans, Ellis a fait bonne figure à sa première saison comme partant l'année dernière, réussissant notamment deux interceptions.

Popp a réussi une bonne prise en convainquant le plaqueur canadien Vaughn Martin de se joindre aux Alouettes. Martin a passé les sept dernières saisons dans la NFL après avoir été un choix de quatrième tour des Chargers de San Diego en 2009. Il devrait former un excellent duo de plaqueurs avec Alan-Michael Cash.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer