Alouettes: Noel Thorpe veut partir, la LCF enquête

L'unité défensive des Alouettes est devenue l'une des... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

L'unité défensive des Alouettes est devenue l'une des meilleures de la LCF depuis qu'on en a confié les rênes à Noel Thorpe.

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Où donc Noel Thorpe sera-t-il entraîneur en 2016? C'est la question qui brûle toutes les lèvres dans la LCF depuis un peu plus de 24 heures. Et qui a forcé le circuit à décréter la fin des embauches d'entraîneurs déjà sous contrat avec une équipe jusqu'à nouvel ordre.

Tard mardi soir, le réseau TSN rapportait que le coordonnateur défensif et adjoint à l'entraîneur-chef des Alouettes avait remis sa démission à l'équipe afin de se joindre aux Eskimos d'Edmonton dans des fonctions semblables. Son contrat est encore valide pour deux saisons et ne comporte aucune clause échappatoire.

Les Eskimos doivent rebâtir leur personnel d'entraîneurs depuis que Chris Jones, qui a accepté le poste d'entraîneur-chef et directeur général des Roughriders de la Saskatchewan, a emmené la quasi-totalité de ses adjoints à Regina. L'équipe a d'ailleurs annoncé récemment l'embauche de Jason Maas comme entraîneur-chef, lui qui était coordonnateur offensif avec le Rouge et Noir d'Ottawa.

Chez les Als, c'est le mutisme. Tant le président Mark Weightman que l'entraîneur-chef et directeur général Jim Popp ont refusé de dire si Thorpe avait bel et bien manifesté son désir de quitter le nid. Or, il semble que ce soit en effet le cas. Selon nos informations, la LCF enquête présentement sur les circonstances entourant la démission de Thorpe.

«Je ne lui ai jamais parlé. [...] En ce qui me concerne, il a un contrat pour deux autres années», a mentionné Popp dans un échange de textos, mercredi.

Il confirme cependant qu'aucune équipe n'a récemment demandé la permission aux Alouettes pour s'entretenir avec Thorpe. Ce dernier n'a pas rappelé La Presse.

Un feuilleton qui s'éternise

Depuis quelques semaines, la LCF est plongée dans une controverse concernant les multiples embauches d'entraîneurs ayant déjà un contrat en poche. Controverse qui met justement en vedette les Eskimos.

Tout a commencé lors du départ de Jones vers la Saskatchewan. Le directeur général des Eskimos, Ed Hervey, a alors déclaré que toutes les équipes s'adonnaient à un tel maraudage. «Ça fait simplement partie de la LCF», a-t-il dit. Ces commentaires lui ont valu une amende de 5000 $.

Les Eskimos ont obtenu l'autorisation du Rouge et Noir avant de sortir Maas d'Ottawa. Mais voilà, le Rouge et Noir a avisé le club albertain qu'il chercherait à obtenir une compensation si Maas obtenait un contrat. Le commissaire de la LCF, Jeffrey Orridge, est intervenu pour permettre aux Eskimos d'embaucher Maas, tout en envoyant les parties devant un médiateur pour déterminer si Ottawa méritait d'être indemnisé.

Aux yeux de la Ligue, la saga entourant Thorpe est en quelque sorte devenue la goutte qui a fait déborder le vase.

Mercredi après-midi, Orridge a transmis aux présidents et aux directeurs généraux du circuit une note dans laquelle il annonce un moratoire immédiat et d'une durée indéterminée sur tout mouvement d'une équipe à une autre d'un entraîneur qui a actuellement un contrat en poche.

Un club désirant acquérir les services d'un entraîneur qui détient une entente avec une autre formation doit obtenir au préalable une permission écrite de la part de cette dernière, ainsi que de la Ligue.

«Le fait qu'un entraîneur de la LCF qui a présentement un contrat tente de démissionner de son équipe actuelle afin de signer une entente avec une autre équipe n'annulera ou ne contournera pas ces deux préalables pour la durée du contrat de l'entraîneur, si le contrat est légalement applicable», peut-on lire dans le document.

Énorme perte

En supposant que Thorpe finisse par faire ses valises pour Edmonton, il s'agirait d'une énorme perte pour les Alouettes. Depuis qu'on lui a confié les rênes de la défense, en 2013, l'unité est devenue l'une des meilleures de la LCF. Elle a souvent été la principale responsable des succès des Oiseaux au cours des trois dernières saisons.

Pour le moment, il est difficile de déterminer avec certitude les raisons qui ont poussé Thorpe à démissionner. On peut cependant supposer qu'il a mal digéré de ne pas être retenu pour le poste d'entraîneur-chef des Als lors du congédiement de Tom Higgins et au terme de la dernière campagne, avant qu'on annonce que Jim Popp serait de retour comme pilote.

Chose certaine, si Thorpe quitte Montréal, la quête de stabilité dont parlaient les Alouettes lors de leur bilan de fin de saison n'aura pas duré bien longtemps...

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer