Mikhaïl Davidson espère demeurer avec les Alouettes

L'ancien des Carabins Mikhaïl Davidson espère avoir suffisamment bien... (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

Agrandir

L'ancien des Carabins Mikhaïl Davidson espère avoir suffisamment bien fait au camp d'entraînement des Alouettes pour faire partie de la formation de 44 joueurs.

Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Après avoir tout laissé sur le terrain pendant le long camp d'entraînement et les deux matchs préparatoires, le receveur de passes montréalais Mikhaïl Davidson doit maintenant composer avec la pire épreuve pour un jeune athlète: attendre que la direction ait arrêté son choix sur les 44 joueurs qui porteront l'uniforme des Alouettes cette saison.

Le produit des Carabins de l'Université de Montréal, où il a remporté la Coupe Vanier l'an dernier, ne savait pas à quoi s'attendre à la suite du revers de 30-10 subi jeudi aux mains des Argonauts de Toronto, match au cours duquel il a été utilisé comme receveur et spécialiste des retours.

«Moi ce que je sais, c'est que j'ai donné le meilleur de moi-même au cours des deux matchs préparatoires. J'espère que les entraîneurs le verront sur les films de ces rencontres et que je ferai partie de l'équipe cette saison.»

Sans indiquer s'il fera oui ou non partie de la formation en 2015, l'entraîneur-chef Tom Higgins a eu de très bons mots à l'endroit de l'athlète de 23 ans.

«Merveilleux!, a-t-il lancé quand on lui a demandé de qualifier le travail de Davidson au cours des dernières semaines. Il a eu un excellent camp. On sent qu'il a haussé son niveau de jeu d'un cran. Il a fait de l'excellent travail. (...) Nous avons quelques jeunes joueurs qui ont démontré de très belles choses au camp et il est assurément l'un d'eux.

«Maintenant, il faut faire arriver nos chiffres, a expliqué Higgins au sujet du quota de joueurs canadiens. C'est notre travail le plus difficile et on doit le faire rapidement: on joue dans à peine une semaine (le 25 juin, contre le Rouge et Noir d'Ottawa) et on doit compléter notre formation (vendredi).»

«Je pense que j'ai beaucoup appris, a de son côté nuancé Davidson. J'accusais peut-être du retard sur les Américains et les vétérans à mon arrivée au camp, mais j'ai eu une bonne progression pendant tout le camp et je suis assez fier de ça.

«Je fais moins d'erreurs, ça c'est certain, a-t-il analysé. Et j'ai aussi été plus utilisé (jeudi), ce qui fait que ç'a été plus facile de trouver mon rythme.»

Une fois que les Alouettes auront pris leur décision, il se pourrait que Davidson en ait une difficile à prendre également: il pourrait ne recevoir qu'une offre pour se joindre à la formation d'entraînement du club.

«Je verrai ce qui arrivera avec les dernières coupes, mais c'est une possibilité dont je devrai discuter avec mon agent. On verra ce qui s'offrira à moi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer