Alouettes: S.J. Green ne voulait pas partir

S.J. Green... (PHOTO LIAM RICHARDS, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

S.J. Green

PHOTO LIAM RICHARDS, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les Alouettes et le receveur S.J. Green ont surpris bien du monde, hier, en s'entendant sur les termes d'un nouveau contrat d'une durée de trois ans. Malgré l'attachement que Green a toujours éprouvé pour l'organisation et la ville, les négociations ont été assez ardues entre les deux camps. Le voir tenter sa chance sur le marché des joueurs autonomes, le 10 février, était même une hypothèse largement répandue.

«Je peux dire que j'appréhendais un peu la situation, car je ne savais pas dans quelle direction cela allait aller. Mais je savais ce que je voulais et j'étais prêt à me battre, a reconnu le joueur de 29 ans, hier. Heureusement, nous sommes parvenus à nous entendre. J'ai obtenu tout ce que je souhaitais. [...] Honnêtement, je ne pouvais pas me voir jouer ailleurs.»

L'Américain a été au centre de toutes les grandes batailles depuis son arrivée, en 2007. En 8 saisons, il a inscrit 38 touchés et amassé 5518 verges en 368 attrapés. Sélectionné dans l'équipe d'étoiles de la Ligue canadienne il y a deux ans, Green a également remporté la Coupe Grey à deux reprises, en 2009 et en 2010.

Après avoir connu trois saisons consécutives de plus de 1000 verges, Green n'en a amassé que 835 l'an dernier, soit son plus faible total depuis 2010. Mais avec le départ de Duron Carter dans la NFL, les Alouettes avaient le devoir de conserver l'un de leurs meilleurs atouts. D'où le large sourire qu'arborait Tom Higgins en évoquant la nouvelle entente du joueur qui avait récolté 126 verges en finale de l'Est. «Il y a une possibilité de perdre chaque joueur, mais je savais, avant même qu'il ne quitte la ville [en 2014], qu'il souhaitait demeurer un membre des Alouettes. Il a toujours senti que c'était sa maison et il s'agissait ensuite de trouver une entente qui allait être satisfaisante pour le joueur et le club.

«C'est toujours un bon signe quand tu peux avoir de la constance et que tu es en mesure de conserver tes joueurs. Cela montre qu'ils veulent être ici. [S.J.] est un leader, mais il est aussi l'un de nos éléments qui peuvent nous permettre de gagner des matchs.»

Collie: démenti des Alouettes

En marge de la conférence de presse, hier après-midi, les Alouettes ont démenti la rumeur voulant que le receveur Austin Collie prenne le chemin de Montréal. «Je peux dire qu'il n'y a actuellement rien sur notre radar, a tenu à rectifier Higgins après un rire bref. Seul le temps nous dira ce qui se passera, mais nous surveillons aussi d'autres joueurs autonomes. Nous continuerons à tout faire pour améliorer l'équipe.»

Collie, qui a notamment porté les couleurs des Colts d'Indianapolis et des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, a inscrit 16 touchés dans la NFL et récolté 1908 verges en 179 attrapés. «Ne croyez pas ce que vous entendez, a affirmé le natif de Hamilton sur son compte Twitter. La nouvelle de mon arrivée à Montréal est complètement fausse.»

En l'état actuel des choses, Fred Stamps, récemment acquis d'Edmonton, demeure la plus grande prise de Jim Popp chez les receveurs. Malgré un déclin important en 2013, Green et Éric Deslauriers n'ont pas été avares de compliments. «Je ne le connais pas personnellement, mais sur le terrain, c'est l'un des joueurs les plus rapides et les plus explosifs, a précisé le Québécois. On va perdre Carter, mais l'équipe a ramené des gros morceaux [comme Stamps] pour faire en sorte que notre attaque reste explosive.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer