Conférence de presse surréaliste de «Lynch le taiseux»

Marshawn Lynch, l'un des joueurs des Seahawks de Seattle, n'est pas du genre... (Photo: AP)

Agrandir

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Phoenix

Marshawn Lynch, l'un des joueurs des Seahawks de Seattle, n'est pas du genre bavard, mais Super Bowl oblige, il a dû se sacrifier mardi à l'exercice de la conférence de presse: à sa façon, en répétant 29 fois la même phrase.

«Je suis juste ici pour ne pas recevoir d'amende»: c'est la phrase que Lynch a répondu à chacune des questions qui lui ont été posées lors du point-presse obligatoire auquel doivent se soumettre les joueurs disputant le Super Bowl dimanche.

Le regard masqué par d'immenses lunettes de soleil et un sourire accroché au visage, Lynch, 28 ans, n'a pas caché que l'exercice devant près de 200 journalistes ne lui plaisait guère.

«Quand est ce que ma conférence de presse commence? Ah, elle a déjà commencé? Je veux juste dire que je suis juste là pour ne pas recevoir d'amende», a-t-il commencé.

Et de répéter cette même phrase à chaque question, avant de lâcher juste avant la fin des cinq minutes imposées par la NFL: «OK, c'est fini».

Selon le réglement, Lynch aurait été frappé d'une amende de 500 000 dollars s'il n'avait pas participé à cette conférence.

Il n'est en effet pas à son coup d'essai: il avait déjà écopé d'une amende de 50 000 dollars en cours de saison pour ne pas avoir répondu aux questions des journalistes après un match.

Avant le Super Bowl 2013, remporté l'an dernier par Seattle, Lynch avait donné une conférence de presse avec des réponses laconiques.

Lynch est l'un des meilleurs running backs de la NFL, mais aussi un joueur controversé pour ses dérapages récurrents: il a ainsi dû payer une amende de 11 500 dollars pour avoir fait un geste obscène lors de la finale de conférence remportée par Seattle face à Green Bay (28-22 après prolongation).

«Il est comme cela, je ne le juge pas, je l'accepte comme il est», l'a défendu son coéquipier Earl Thomas.

«C'est quelqu'un qui répond toujours présent sur le terrain, il a cette capacité à créer un avantage du moindre espace et parfois même quand il n'y a aucun espace», a souligné son entraîneur Pete Carroll.

Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, adversaires dimanche des Seahawks, tenants du titre, ont beaucoup de respect pour Lynch: «C'est tout simplement le meilleur, aucun running back n'est aussi explosif que lui, il justifie son surnom de "Bête sauvage"», a admiré Vince Wilfork, l'un des défenseurs des Pats.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer