La santé des joueurs demeure la priorité, dit Goodell

Le commissaire de la NFL, Roger Goodell, a... (Photo Jim Young, Reuters)

Agrandir

Le commissaire de la NFL, Roger Goodell, a donné sa conférence de presse annuelle en marge du Super Bowl, vendredi.

Photo Jim Young, Reuters

Partager

(La Nouvelle-Orléans) Le commissaire de la NFL, Roger Goodell, est de plus en plus critiqué, mais il ne peut être accusé de ne pas avoir la santé des joueurs à coeur.

Une bonne partie de sa conférence de presse d'hier a porté sur les commotions cérébrales et le bien-être des joueurs. Au sujet des coups à la tête, Goodell a indiqué que la ligue serait de plus en plus sévère.

«On a vu une escalade au niveau des mesures disciplinaires, car notre objectif est d'éliminer certains types de coups dans notre sport. Je crois qu'on a apporté des changements qui ont rendu le football un peu plus sécuritaire. Mais je crois également qu'on devra être encore plus sévères, particulièrement avec les joueurs qui sont pris en défaut plus d'une fois.»

L'Association des joueurs accuse Goodell de mettre la sécurité des joueurs en danger, notamment parce que la ligue envisage d'augmenter son nombre de matchs en saison régulière de 16 à 18. Mais curieusement, elle est réticente à accepter que ses membres soient testés pour les hormones de croissance...

«Je crois qu'il y aura des tests pour les hormones de croissance dès 2013, a toutefois dit Goodell. C'est l'une de nos responsabilités envers nos joueurs, nos partisans, et toutes les autres ligues de sport professionnel.»

Goodell a également annoncé qu'il y aurait dorénavant un neurologue, indépendant des équipes, sur les lignes de côté afin de diagnostiquer les commotions cérébrales lors de chacun des matchs de la NFL.

Selon l'Association des joueurs, un sondage a démontré que 78% des joueurs de la ligue n'avaient pas confiance en l'équipe médicale actuelle de leur club.

Par ailleurs, Goodell a plaisanté au sujet de sa visite à La Nouvelle-Orléans, lui qui a imposé de sévères sanctions aux Saints, le printemps dernier. Les répercussions du «bountygate» ont presque bousillé la saison des Saints à elles seules.

«J'ai vu des poupées vaudou de moi-même, et j'ai été parodié lors de la parade du Mardi Gras», a-t-il raconté en souriant. Goodell a soutenu qu'il ne regrettait par contre pas d'avoir puni les Saints aussi sévèrement, notamment en suspendant leur entraîneur-chef Sean Payton pour toute la saison de 2012.

Le commissaire a également dit que le «Rooney rule», qui oblige les équipes de la ligue à rencontrer au moins un candidat d'une minorité ethnique lorsqu'elles ont une ouverture au poste d'entraîneur-chef ou de directeur général, devrait être amélioré.

Il n'a pas été question de l'identité de la ville qui accueillera le 50e Super Bowl dans trois ans, mais Goodell a indiqué que celui de l'année prochaine, à New York, servirait à déterminer si d'autres villes du nord des États-Unis obtiendraient la chance de présenter l'événement à l'avenir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer