Tour de France: Andre Greipel s'impose sous la pluie

Andre Greipel (au centre) célèbre en franchissant la... (Photo Peter Dejong, AP)

Agrandir

Andre Greipel (au centre) célèbre en franchissant la ligne d'arrivée.

Photo Peter Dejong, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jerome Pugmire
Associated Press
Amiens, France

L'Allemand Andre Greipel a remporté au sprint la cinquième étape pluvieuse du Tour de France, mercredi. Son compatriote Tony Martin a conservé le maillot jaune de meneur pendant que les principaux prétendants au titre restaient en retrait et que d'autres étaient victimes d'accidents.

Greipel a attaqué à 100 mètres de l'arrivée et il a résisté à la réplique du Slovaque Peter Sagan. Le sprinter britannique Mark Cavendish a fini troisième.

«C'était tout un sprint parce que personne n'avait de coéquipier devant lui pour ouvrir la marche, a commenté Greipel, âgé de 32 ans, qui a superbement synchronisé son accélération finale sur la gauche. J'ai pu trouver de l'espace. Je savais que c'était bloqué sur le côté droit.»

Le parcours principalement plat de l'étape de 189,5 kilomètres reliait Arras et Amiens, dans le nord de la France.

Les coureurs qui souhaitaient récupérer quelque peu des trois premières éreintantes étapes sur route ont été déçus puisque la pluie s'est mise de la partie, rendant la chaussée très glissante par endroits.

«C'était malade avec la pluie et le vent. Il y a eu plusieurs accidents et je suis satisfait de ma fin de course», a dit Sagan, qui a passé la majeure partie de la journée à couver son coéquipier Alberto Contador.

Greipel a savouré sa deuxième victoire d'étape cette année - et sa huitième en carrière au Tour de France. C'était la troisième victoire d'étape d'un coureur allemand suivant le succès de Tony Martin, mardi.

Un autre spectaculaire accident, mais pas autant brutal que celui de lundi, a emporté une trentaine de cyclistes à l'arrière du peloton, à 25 kilomètres de la fin.

Trois d'entre eux ont été envoyés dans le décor à la droite de la route, provoquant un effet domino. Le Français Thibaut Pinot, qui a pris le troisième rang l'an dernier, a été victime de sa deuxième chute de la journée.

Dieu merci, parce qu'on ne roulait pas à grande vitesse, la plupart des coureurs ont été davantage blessés dans leur orgueil que physiquement.

Meneur réaliste

Martin, triple champion du monde au contre-la-montre, a conservé son avance de 12 seccondes au cumulatif sur le champion de 2013 Chris Froome et de 25 secondes sur l'Américain Tejay Van Garderen.

«Je suis réaliste. Je sais que quand on amorcera les grosses étapes de montagnes je serai incapable de rester avec les principaux prétendants», a reconnu Martin.

Au sein du groupe de prétendants, Froome mène le double vainqueur Contador par 36 secondes, le champion en titre Vincenzo Nibali par 1:38 et le Colombien Nairo Quintana, finaliste en 2013, par 1:56.

Le premier incident de la journée a fait chuter plusieurs coureurs de l'équipe Cofidis, incluant Nacer Bouhanni. Le gérant de l'équipe Yvon Sanquer a fait savoir que Bouhanni avait subi des blessures aux hanches, aux côtes et à un poignet, mais qu'il n'avait eu aucun os de fracturé.

Avec 80 kilomètres à faire, il y a eu un cinquième accident - qui a emporté dans son sillon Bryan Coquard pour la deuxième fois. L'Américain Tyler Farrar, Pinot et le Portugais Tiago Machado ont également chuté.

La sixième étape jeudi en sera une autre favorable aux sprinters puisqu'elle se déroulera sur un parcours plat de 191,5 kilomètres entre Abbeville et Le Havre, où se trouve le plus imposant port de commerce de la France.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer