La Russie doit se conformer si elle veut être à Rio, dit Thomas Bach

Le président du Comité international olympique Bach a mentionné... (PHOTO ALEXANDER ZEMLIANICHENKO, AP)

Agrandir

Le président du Comité international olympique Bach a mentionné que les Russes devront bouger rapidement afin d'appliquer les réformes nécessaires pour qu'ils puissent se qualifier pour les JO de Rio, qui s'ouvriront le 5 août.

PHOTO ALEXANDER ZEMLIANICHENKO, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Wilson
Associated Press
LONDRES

Les athlètes russes seront admissibles aux Jeux olympiques seulement si leur pays se conforme aux règlements antidopages internationaux et que les réformes sont vérifiables, a déclaré le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach dimanche en entrevue avec l'Associated Press.

« Le plus important, ce n'est pas de les réintégrer, a confié Bach. Le plus important, c'est que la Russie se conforme de nouveau à tous les règlements antidopages internationaux. C'est ça le plus important, pour que tous les athlètes soient égaux. »

La Fédération russe d'athlétisme a été provisoirement suspendue par l'IAAF vendredi, quelques jours après que le pays ait été accusé dans un rapport d'un comité indépendant de l'Agence mondiale antidopage (AMA) d'avoir instauré un vaste programme de dopage systématique appuyé par l'État.

Cette sanction signifie que les athlètes qui font partie de la fédération russe - dont la perchiste étoile et double championne olympique Yelena Isinbayeva - sont suspendus de toutes les compétitions internationales pour une période indéterminée. Cette pénalité pourrait être prolongée jusqu'aux Jeux d'été de Rio de Janeiro en 2016.

Bach a mentionné que les Russes devront bouger rapidement afin d'appliquer les réformes nécessaires pour qu'ils puissent se qualifier pour les JO de Rio, qui s'ouvriront le 5 août.

« Ils doivent se conformer, a-t-il martelé en entrevue téléphonique de son bureau de Lausanne, en Suisse. Si la Fédération russe d'athlétisme et ses athlètes ne peuvent participer aux épreuves de qualifications, alors la situation est claire. Si tu ne peux te qualifier, alors tu ne peux participer aux Jeux olympiques. »

Bach et le président du Comité olympique russe, Alexander Zhukov, ont conclu une entente afin que la Russie adopte une feuille de route qui lui permettra ultimement de se conformer aux règlements de l'IAAF et de l'AMA. Il n'y a toutefois pas d'échanciers d'établis.

« La Russie doit être très impliquée afin de compléter ce processus le plus rapidement possible, a expliqué Bach. Ils doivent bouger rapidement, parce que ça aura un impact direct sur la crédibilité du processus. »

La Fédération russe d'athlétisme a indiqué dimanche qu'elle s'affairait à mettre sur pied des comités pour enquêter sur les allégations de dopage et préparer les réformes dans le cadre du « plan anti-crise » du président de l'organisation Vadim Zelichenok.

Cette information survient après que le président russe Vladimir Poutine ait ordonné au ministère des Sports de déclencher une enquête interne.

Entre-temps, Zelichenok a précisé que de nouvelles compétitions nationales seront créées cet hiver afin de remplacer les épreuves internationales, auxquelles ne peuvent participer les athlètes russes.

Bach a aussi minimisé la suggestion formulée par l'entraîneur d'Isinbayeva, Evgeny Trofimov, à l'effet que les Russes pourraient participer aux Jeux de Rio à titre d'athlètes indépendants représentés par le drapeau du CIO. Une mesure semblable avait été adoptée l'an dernier aux Jeux de Sotchi pour des athlètes indiens, puisque leur comité olympique national avait été suspendu en raison de l'ingérence du gouvernement dans sa gestion.

Bach a également offert son appui inconditionnel au président de l'IAAF Sebastian Coe, qui a été critiqué pour avoir déclaré qu'il ignorait la situation en Russie alors qu'il était vice-président de l'organisation, sous Lamine Diack.

« Je crois que la décision de Sebastian Coe vendredi soir a démontré son leadership, a expliqué Bach. J'ai toujours eu pleinement confiance en lui, et j'ai encore confiance en lui. »

D'autre part, Bach a déclaré qu'il était confiant que les autorités brésiliennes pourront assurer la sécurité des JO de Rio, quelques jours seulement après les attentats terroristes de Paris.

La sécurité fera partie des enjeux qui seront abordés lors de la rencontre des dirigeants du CIO à Rio dans les prochains jours, dans le cadre d'un projet « de révision » des préparatifs olympiques, a ajouté Bach.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer