• Accueil > 
  • Sports 
  • > L'haltérophile Kristel Ngarlem rêve d'une place à Rio 

L'haltérophile Kristel Ngarlem rêve d'une place à Rio

L'haltérophile québécoise Kristel Ngarlem a terminé quatrième aux Jeux... (Photo Julio Cortez, archives AP)

Agrandir

L'haltérophile québécoise Kristel Ngarlem a terminé quatrième aux Jeux panaméricains de Toronto, l'été dernier.

Photo Julio Cortez, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne

La Québécoise Kristel Ngarlem déborde de confiance depuis qu'elle a décroché la médaille d'or aux Championnats canadiens d'haltérophilie, plus tôt ce mois-ci, et elle compte maintenant profiter de son erre d'aller pour se qualifier pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro.

Pour y parvenir, Ngarlem, qui évolue chez les 69 kg, devra unir ses efforts à ceux de ses compatriotes dans le but de finir parmi les sept meilleures nations aux Championnats panaméricains de Carthagène, en Colombie, du 5 au 12 juin. À la clé se trouve une place pour le Canada à Rio.

Si elle y parvient, l'étoile montante de l'haltérophilie canadienne, qui n'est âgée que de 20 ans, compléterait une éclosion attendue depuis fort longtemps. À sa première saison complète chez les seniors, Ngarlem a réalisé un premier coup d'éclat en début d'année en battant sa principale rivale, l'Albertaine Marie-Josée Arès-Pilon, pour obtenir son laissez-passer pour la qualification olympique.

Forte de ce résultat, l'haltérophile qui a terminé quatrième aux Jeux panaméricains de Toronto, l'été dernier, était très confiante à l'approche des Championnats canadiens, qui étaient présentés les 21 et 22 mai à Richmond, en Colombie-Britannique. Elle comptait alors fracasser le plafond de verre qui l'empêchait d'accéder à la prochaine étape depuis de nombreuses années.

Après avoir terminé deuxième aux Championnats canadiens juniors en 2011 et 2012 chez les moins de 63 kg, derrière la médaillée olympique Christine Girard, Ngarlem est passée chez les 69 kg et s'est contentée de la deuxième marche du podium dans cette compétition chez les seniors en 2013, 2014 et 2015.

«Ça fait longtemps que je finis deuxième, alors cette année mon objectif était de devenir championne canadienne, et c'est ce que j'ai fait», a lancé Ngarlem, encore fébrile, au bout du fil vendredi. Ce résultat lui a d'ailleurs permis de se retrouver en bonne position afin de se qualifier pour ses premiers Jeux olympiques en carrière.

La Fédération d'haltérophilie du Canada (CWFHC) choisit ses candidates à l'obtention d'un laissez-passer pour Rio en fonction d'un marqueur de poids, toutes catégories confondues. La meneuse est présentement Marie-Ève Beauchemin-Nadeau (99,568%), devant Johanie Filiatreault (93,081), Amanda Braddock (92,892) et Ngarlem (88,001). Cependant, des quatre premières, seules Beauchemin-Nadeau et Ngarlem évoluent chez les 69 kg. La Québécoise d'origine tchadienne ne considère toutefois pas Beauchemin-Nadeau comme une rivale.

«Je respecte beaucoup Marie-Ève, a-t-elle admis à propos de l'haltérophile qui a participé aux Jeux olympiques de Londres en 2012. Je m'entraîne avec elle à chaque semaine et je me dis que si notre équipe est capable de qualifier deux athlètes pour les JO de 2016 (ndlr: la CWFHC alloue un maximum de deux places par catégorie de poids), alors c'est bien. Mais mon objectif cette année, c'était d'être certaine d'accéder à la qualification olympique.»

À Carthagène, Ngarlem a indiqué qu'il n'était pas nécessaire qu'elle soulève ses barres les plus lourdes à l'arraché et à l'épaulé-jeté. Elle devra plutôt opter pour une approche stratégique, afin d'en faire juste assez pour assurer sa qualification olympique. Une situation qui semble lui plaire.

«L'avantage qu'on a, Marie-Ève et moi, c'est qu'on évolue dans des catégories de poids plus lourdes, a-t-elle expliqué. On lèvera donc nos barres après les haltérophiles plus petites, ce qui nous permettra d'avoir une bonne idée des charges qu'on devra soulever afin d'assurer notre qualification olympique. Ça m'enlève tout un poids des épaules, car je sais que je dois seulement me concentrer sur ce week-end là.»

Ngarlem a cependant précisé qu'elle aimerait bien réussir des barres de 95 kg à l'arraché et 127 kg à l'épaulé jeté, pour un impressionant total de 222 kg. Des résultats qui éclipseraient ceux de 94 kg à l'arraché et de 122 kg - un nouveau record personnel - à l'épaulé-jeté qui lui ont permis de grimper sur la plus haute marche du podium aux Championnats canadiens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer