Blizzard sur le nord-est américain, transports quasi paralysés

Le nord-est des États-Unis était sous la neige et la grêle mardi, sous... (REUTERS)

Agrandir

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine TRIOMPHE
Agence France-Presse
New York

Le nord-est des États-Unis était sous la neige et la grêle mardi, sous l'emprise d'une tempête qui a engendré fermetures d'écoles et annulations de milliers de vols, mais New York et la côte atlantique ont échappé au pire.

Après un hiver inhabituellement clément, le blizzard baptisé « Stella » a débuté vers 2 h locale (7 h GMT).

Après être tombée quasiment sans interruption depuis le milieu de la nuit, la neige a cessé vers 18 h (22 h GMT) sur Manhattan, poumon économique des États-Unis.

Le maire Bill de Blasio a souligné que la tempête était bien moins sévère à New York que ce qu'avaient pronostiqué les experts de la météo nationale jusqu'à lundi soir et que « la situation était sous contrôle ».

Environ 18 centimètres de neige sont tombés à Central Park, alors que les experts avaient évoqué dans un premier temps une couche de neige pouvant aller jusqu'à 60 cm.

Le maire a tout de même insisté pour que les habitants restent chez eux pour faciliter le déblaiement par les services municipaux et permettre à New York de « retrouver un rythme normal » dès mercredi, avec notamment la réouverture des écoles.

L'alerte au blizzard, décrétée à minuit lundi soir pour une durée de 24 heures, a été levée pour New York et la plupart des zones côtières mardi matin. Elle était en vigueur pour des zones du Connecticut, du Massachusetts et dans le nord de l'État de New York.

Quasi-paralysie aérienne

Malgré cette rétrogradation de la tempête, les écoles sont restées fermées toute la journée dans les Etats de New York, où il est tombé par endroits plus de 60 cm de neige, du Connecticut et dans certaines régions du New Jersey et du Massachusetts.

New York tournait au ralenti. Les bus roulaient, mais étaient, comme les métros, bien moins fréquentés que d'habitude et de nombreux commerces étaient fermés.

Les fonctionnaires des services non indispensables avaient été invités à rester chez eux, et les portes étaient closes dans les tribunaux et certains musées, dont le célèbre Met.

Le siège de l'ONU était fermé. « Excellente journée pour regarder en boucle The Americans », une série télévisée très populaire sur des espions russes sous couverture à Washington pendant la guerre froide, a tweeté sur le ton de l'humour l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley.

Côté transport aérien, c'était la quasi-paralysie.

Au total, plus de 8700 vols ont été annulés entre lundi et mercredi, selon le site FlightAware qui recense retards et annulations.

Les aéroports new-yorkais de Newark et La Guardia étaient quasiment à l'arrêt, tandis que 68 % des vols ont été annulés à JF Kennedy, première porte d'entrée vers les États-Unis pour les passagers internationaux, selon leur autorité de tutelle.

Les aéroports de Washington, Philadelphie, Boston et, dans une moindre mesure, Chicago étaient aussi touchés.

Le maire de New York a annoncé que les écoles rouvriraient mercredi et le trafic aérien devait également reprendre progressivement depuis les aéroports de l'agglomération.

Hiver tardif

Avec des températures proches de zéro qui devaient baisser en soirée, le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo, s'inquiétait surtout des risques de verglas.

« La situation est moins mauvaise que prévu à New York, mais pire que prévu dans d'autres parties de l'État », notamment dans les régions de Binghamton et de la capitale Albany, a-t-il souligné, en annonçant le redéploiement vers ces régions du gros des ressources de déneigement.

Cette tardive offensive de l'hiver touchait particulièrement les régions de New York, du New Jersey, de Philadelphie et du sud du Connecticut, où vivent quelque 19 millions de personnes.

Mais les chutes de neige ou de grésil allaient de la Caroline du Nord jusqu'à l'est du Canada, en passant par Washington.

La première rencontre entre le président américain Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel, prévue mardi dans la capitale, a été reportée à vendredi.

Comme ce fut le cas lors du blizzard Jonas des 22 et 23 janvier 2016, qui avait vu tomber un record de près de 70 cm de neige en 24 heures sur Central Park et fait 18 morts à travers la côte Est, certains habitants avaient fait des provisions pour ne pas avoir à sortir, et les rayons frais de certains supermarchés étaient presque vides.

Cette tempête survient alors que le nord-est des États-Unis a connu jusqu'ici un hiver anormalement doux, avec des températures printanières enregistrées à plusieurs reprises ces dernières semaines.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer