Le livre d'une conseillère de Trump retiré des tablettes

L'équipe de transition de Donald Trump avait défendu... (PHOTO archives AP)

Agrandir

L'équipe de transition de Donald Trump avait défendu Monica Crowley, dénonçant «une attaque politique destinée à détourner l'attention des vrais défis auxquels ce pays fait face».

PHOTO archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Un livre de la future conseillère en communication du Conseil de sécurité nationale de Donald Trump, Monica Crowley, a été retiré de la vente mardi par son éditeur, après des accusations de plagiat.

Un journaliste de CNN a passé en revue le livre What the (Bleep) Just Happened?, publié en 2012 chez HarperCollins, et a identifié plus de 50 passages copiés - avec parfois des changements mineurs - sur des articles de presse, des sites internet, des publications de centres de réflexion ou encore sur Wikipedia.

Les passages sont souvent d'ordre factuel, incluant des chiffres ou des informations historiques ou économiques, et semblent, d'après les extraits publiés par CNN, avoir été le plus souvent simplifiés.

Rappelant que l'ouvrage était «arrivé au terme de son cycle de vente naturel», l'éditeur HarperCollins a annoncé qu'il serait retiré de la vente «jusqu'à ce que l'auteur ait la possibilité de sourcer et de remanier ses écrits».

L'équipe de transition de Donald Trump avait défendu Monica Crowley, dénonçant «une attaque politique destinée à détourner l'attention des vrais défis auxquels ce pays fait face», sans confirmer ni démentir les accusations de plagiat.

Le livre incriminé de Monica Crowley, une auteure et commentatrice conservatrice sur Fox News, visait à démontrer que les États-Unis, en premier lieu l'administration de Barack Obama, avaient mis en pièces leur économie et affaibli leur prestige à l'étranger, tout en proposant des solutions pour y remédier dans l'esprit du slogan «Rendre à l'Amérique sa grandeur» de Donald Trump.

Selon le site Politico, Monica Crowley se serait également livrée à du plagiat pour sa thèse de doctorat, achevée en 2000 à l'université de Columbia, et qui portait sur les relations diplomatiques entre les États-Unis et la Chine.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer