La victoire de Trump a-t-elle libéré les démons en Amérique?

Une manifestation anti-Trump a eu lieu dimanche devant... (AP)

Agrandir

Une manifestation anti-Trump a eu lieu dimanche devant les bureaux de CNN, à Los Angeles.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien BLANC
Agence France-Presse
Washington

Constatant la prolifération d'une parole raciste ou homophobe, voire des actes de violences intolérables, des organisations de défense des droits redoutent que l'élection de Donald Trump ait libéré des démons aux États-Unis.

Croix gammée et slogan nazi tagués sur une devanture de Philadelphie, chants xénophobes entonnés dans une école de New York, lettres de menaces distribuées dans le Massachusetts, injures envahissant les campus universitaires: depuis le mardi 8 novembre, les témoignages sur de tels faits se multiplient dans tout le pays grâce aux réseaux sociaux.

«Je porte un foulard. Aujourd'hui quelqu'un m'a dépassée sur le quai en me disant: "Ton heure a sonnée, ma petite"», a ainsi écrit sur Twitter Mehreen Kasana, une journaliste.

La minorité hispanique, cible d'attaques par Donald Trump durant toute sa campagne, semble particulièrement exposée, comme l'a constaté l'organisation Southern Poverty Law Center (SPLC), qui a commencé un recensement des récents débordements racistes.

Ainsi, dans la ville de Silver Springs, dans le Maryland, une église fréquentée par les Latinos a été maculée des inscriptions «Whites Only» («Réservé aux Blancs») et «Trump Nation».

Interrogé sur les dérapages et attaques xénophobes constatés depuis sa victoire électorale, Donald Trump a assuré qu'il s'agissait d'un «très petit nombre» de faits.

«Il faut que cela s'arrête», a-t-il ajouté.

Dans sa première conférence de presse depuis l'élection, le président américain sortant Barack Obama a relaté lundi avoir conseillé à son successeur d'envoyer des «signaux d'unité» à l'Amérique. «Je lui ai dit (...) de tendre la main aux minorités, aux femmes et aux autres qui sont inquiets», a assuré M. Obama

«Faites vos valises»

De mardi à vendredi, le SPLC a recensé plus de 200 actes motivés par la haine d'un groupe humain, les victimes étant des Noirs, des femmes, des membres de la communauté LGBT.

Voici par exemple le témoignage d'un enseignant de l'État de Washington: «Dans la cafétéria mercredi au déjeuner, des gens ont scandé "Construisez le mur". Dans ma classe des élèves ont crié "Si vous n'êtes pas nés ici, faites vos valises"».

«Ce n'est pas comparable à l'époque (de la ségrégation et) du mouvement des droits civiques. Personne n'incendie d'église», a commenté au New York Times Richard Cohen, président du Southern Poverty Law Center. «Mais sans aucun doute, il y a un essor».

Le FBI a de son côté rendu public lundi un rapport faisant état d'une hausse de 67% des actes antimusulmans en 2015.

Aux quatre coins des États-Unis diverses institutions éducatives, parfois de réputation très progressiste, ont enregistré ces derniers jours des faits inquiétants et ont envoyé des courriels pour assurer qu'elles prenaient des mesures.

Parfois il s'agit de simples graffitis dans les toilettes, le slogan de campagne de Donald Trump, «Rendre sa grandeur à l'Amérique» étant modifié en «Rendre sa blancheur à l'Amérique».

Extrémistes «enhardis»

On retrouve aussi le pire vocabulaire xénophobe désignant les Noirs ou les Hispaniques, tout comme les mots les plus méprisants pour les homosexuels.

À New York, des croix gammées ont été peintes dans le quartier de Brooklyn, conduisant la police à ouvrir une enquête.

«Nous ne tolèrerons pas les actes de violence dans notre ville si belle par sa diversité», a prévenu la mairie de New York.

Dans d'autres occasions, les actes de haine ne se cantonnent pas au niveau verbal.

Une étudiante musulmane de l'université de San José a relaté qu'un homme blanc avait tenté de lui arracher son voile, manquant de la faire suffoquer.

Une autre étudiante de l'université d'Ann Arbor, dans le Michigan, a relaté avoir été abordée par un homme qui l'a menacée de l'enflammer avec son briquet si elle ne retirait pas son foulard musulman.

Dans la ville de Missoula, dans l'État du Montana, des tracts de l'American Nazi Party ont été distribués dans des zones résidentielles, accusant les juifs de contrôler les médias. La synagogue locale a demandé à la police un renfort de sécurité.

C'est dans ce climat inquiétant que Donald Trump a nommé comme haut conseiller à la Maison-Blanche le sulfureux Steve Bannon, un ultra-conservateur connu pour ses liens avec les suprématistes blancs.

Ce choix «ne fait qu'enhardir davantage les franges extrémistes en cette période très tendue», a conclu Oren Segal, directeur de l'organisation Anti-Defamation League (ADL).

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer