Des gestes racistes dans des écoles après la victoire de Trump

Des manifestations hostiles au président désigné ont éclatés... (Photo AP)

Agrandir

Des manifestations hostiles au président désigné ont éclatés aux quatre coins des États-Unis.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Dans la foulée de la victoire électorale de Donald Trump, des gestes racistes ont été observés dans des écoles et des universités, notamment des étudiants scandant le «pouvoir blanc» et qualifiant d'autres étudiants afro-américains de «cueilleurs de coton».

Des recherches de l'Associated Press et de médias locaux ont recensé plus de 20 événements de ce genre à partir de la journée de l'élection, mardi, plusieurs impliquant des gens trop jeunes pour voter.

À l'Université du Nouveau-Mexique, une étudiante musulmane en génie a affirmé qu'un homme portant un chandail pro-Trump avait tenté de lui retirer son hijab, mardi, alors qu'elle effectuait des travaux scolaires.

Oren Segal, directeur du bureau de la Ligue anti-diffamation qui surveille les gestes extrémistes, a soutenu que les jeunes «suivaient la campagne présidentielle d'aussi près que n'importe quel autre groupe d'âge». Maintenant que la campagne est terminée, l'«impact de ce qu'ils ont vu ne pourra pas disparaître», a-t-il ajouté.

Mercredi, des étudiants de minorités visibles dans une école secondaire de Gurnee, dans l'Illinois, ont organisé un rassemblement après la découverte d'un message «pour Blancs seulement» sur la porte des salles de bain. Le même jour au Michigan, des étudiants de l'école Royal Oak Middle ont été enregistrés sur vidéo, chantant «construisez un mur» dans la cafétéria.

Des administrateurs scolaires dans la ville natale du vice-président désigné Mike Pence, Columbus, dans l'Indiana, ont appelé au respect et à la civilité alors que des élèves hispaniques auraient fait l'objet d'intimidation. Felipe Martinez a affirmé au Indianapolis Star que ses deux fils avaient été intimidés à deux reprises aux chants de «Construisez ce mur», dont le jour de l'élection. Ce chant était courant dans les rassemblements de campagne de M. Trump.

Au lendemain de l'élection, des brochures du Ku Klux Klan sont apparues dans un quartier de Birmingham, en Alabama. À l'Université Central Texas à San Marcos, la police enquêtait pour déterminer qui était responsable de la distribution, jeudi, sur le campus, de dépliants appelant la formation d'«escouades de goudron et de plumes» et menaçant d'«arrêter et de torturer» les militants prodiversité sur le campus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer