Le pressenti ministre de la Justice de Trump n'exclut pas de poursuivre Clinton

Rudy Giuliani qui est cité pour le poste de... (photo Jonathan Ernst, archives REUTERS)

Agrandir

Rudy Giuliani qui est cité pour le poste de ministre de la Justice du gouvernement Trump, affirme qu'Hillary Clinton « n'a jamais fait l'objet d'une enquête pour des centaines de millions de dollars » qu'elle aurait détournés selon lui de la fondation Clinton.

photo Jonathan Ernst, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

L'ancien maire de New York Rudy Giuliani, un des plus proches conseillers du président élu Donald Trump, n'a pas exclu jeudi d'engager des poursuites contre Hillary Clinton en raison d'agissements présumés frauduleux liés à la fondation Clinton.

« C'est une décision difficile (...) Il est de tradition en politique de passer à autre chose. Mais d'un autre côté vous devez regarder à quel point ce n'est pas bien » ce que la démocrate a fait, a-t-il déclaré sur CNN.

L'ancien procureur, qui est cité pour le poste de ministre de la Justice du gouvernement Trump, affirme qu'Hillary Clinton « n'a jamais fait l'objet d'une enquête pour des centaines de millions de dollars » qu'elle aurait détournés selon lui de la fondation Clinton.

« Une justice égale pour tous, c'est l'un de nos principes les plus importants », a poursuivi M. Giuliani.

La fondation Clinton a été créée par Bill Clinton à son départ de la Maison-Blanche en 2001. L'organisme caritatif, qui a levé quelque deux milliards de dollars depuis sa création, a été vivement critiqué par les républicains durant la campagne. Ces derniers accusent Mme Clinton de conflits d'intérêts quand elle dirigeait la diplomatie américaine alors que la fondation recevait d'importants dons étrangers.

Donald Trump a accusé fin août sa rivale démocrate à la présidentielle de s'être adonnée à une forme de « corruption » digne « du tiers-monde » par le biais de la fondation Clinton.

Par ailleurs, Rudy Giuliani, qui a déjà occupé une fonction de premier ordre au ministère de la Justice, sous la présidence de Ronald Reagan (1981-1989), n'a pas confirmé qu'il deviendrait ministre de la Justice, mais a fait valoir qu'il avait « l'énergie nécessaire ». « Et il n'y a probablement personne qui connaisse mieux que moi le département de la Justice », a-t-il ajouté.

M. Giuliani, auteur de déclarations fracassantes durant la campagne présidentielle et soutien indéfectible de Donald Trump, a été maire de New York entre 1994 et 2001. Il était en fonction lors des attaques du 11 septembre 2001.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer