Campagne contre l'islamophobie après l'attentat de Chelsea

Un Américain d'origine afghane a été arrêté en... (PHOTO AP)

Agrandir

Un Américain d'origine afghane a été arrêté en connexion avec l'attentat qui a secoué le quartier très animé de Chelsea dans la soirée du 17 septembre, faisant 29 blessés légers.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Dix jours après l'attentat à Manhattan, la ville de New York a annoncé lundi le lancement d'une vaste campagne contre l'islamophobie, pour éviter la stigmatisation des centaines de milliers de musulmans qu'elle abrite.

«Plus que jamais, il est important que tous les new-yorkais s'unissent dans le rejet de la violence et de la haine», a déclaré lundi le maire démocrate de la ville, Bill de Blasio, cité dans un communiqué.

«Nous ne tolérerons pas la discrimination ni la violence d'aucune sorte (...) Tous les new-yorkais, y compris nos frères et soeurs musulmans, doivent être traités avec la dignité qu'ils méritent».

La campagne va d'abord se décliner sur les réseaux sociaux avec le hashtag IAmMuslimNYC.

Des ateliers sont également prévus à partir du mois prochain pour permettre aux employés de la ville et aux employeurs publics et privés de «mieux comprendre la religion» musulmane, en attendant une grande campagne dans tous les médias à la fin du printemps 2017 - alors que la campagne pour la réélection de Bill de Blasio devrait battre son plein.

Depuis sa première campagne en 2013, le maire de New York joue à fond la carte multiraciale et oecuménique.

Il avait, avant d'être élu, promis deux jours de congés scolaires pour les fêtes musulmanes, au même titre que les fêtes chrétiennes et juives. La promesse est tenue depuis la rentrée 2015.

Un seul homme, Ahmad Rahami, un Américain d'origine afghane dont le parcours de radicalisation a été soigneusement reconstitué par les médias américains, a été arrêté en connexion avec l'attentat qui a secoué le quartier très animé de Chelsea dans la soirée du 17 septembre, faisant 29 blessés légers.

Cet attentat a alimenté le discours anti-immigration du candidat républicain à la présidentielle Donald Trump, et suscité l'inquiétude de nombreux représentants de la communauté musulmane, échaudée par de récentes agressions contre ses membres.

Parmi les incidents les plus graves enregistrés à New York: le meurtre par balles, en août, d'un imam et de son assistant, en pleine rue, près de leur mosquée dans le district de Queens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer