Mort de Freddie Gray: un deuxième policier de Baltimore acquitté

Caesar Goodson... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Caesar Goodson

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michael MATHES, Shahzad ABDUL
Agence France-Presse
Baltimore et Washington

Un deuxième policier de Baltimore a été acquitté jeudi de l'homicide de Freddie Gray, ce jeune Noir américain mort il y a plus d'un an après une interpellation musclée, dans un procès emblématique des brutalités policières aux États-Unis.

Caesar Goodson, l'un des six policiers jugés séparément dans la cité portuaire de la côte est américaine, a été reconnu « non coupable » des sept chefs d'accusation retenus contre lui.

L'agent Goodson était au volant de la camionnette dans laquelle Freddie Gray, 25 ans, avait été installé le 12 avril 2015 pour être emmené au poste. Le jeune homme a subi, dans des circonstances qui n'ont jamais été clairement établies, une fracture des vertèbres cervicales lors du transport, les membres entravés, avant de succomber à ses blessures le 19 avril.

Les procureurs avaient affirmé pendant le procès que le chauffeur, un policier noir, avait volontairement adopté une conduite brutale afin que Freddie Gray, arrêté quelques minutes plus tôt pour un simple regard, soit percuté contre les parois du fourgon.

Mais faute de preuve, le juge Barry Williams a décidé d'acquitter Caesar Goodson, qui était notamment inculpé pour homicide involontaire.

En rendant son verdict, le juge a affirmé qu'aucune preuve d'une allure excessive du véhicule ni d'« actions ou intentions » malveillantes n'a été apportée. L'accusation n'a pas non plus été capable de démontrer que l'officier Goodson avait une raison particulière de s'en prendre à Freddie Gray.

Le jeune homme n'était pas attaché par une ceinture de sécurité. Mais là aussi, le juge Williams a considéré que le policier ne porte pas une responsabilité directe.

Les blessures de Freddie Gray, a encore détaillé le magistrat, ne permettent pas d'identifier indubitablement où et quand il a été touché, renvoyant dos à dos les experts médicaux qui ont défilé à la barre.

« Une simple négligence est insuffisante pour établir la culpabilité de l'accusé », a-t-il résumé, ajoutant qu'« aucune preuve crédible n'a été présentée lors de ce procès ».

« Il y aura une révolte »

Un an et deux mois après le décès, aucun des six policiers n'a été condamné.

Caesar Goodson, qui faisait face aux chefs d'inculpation les plus graves parmi les six agents, est le troisième policier à être jugé dans cette affaire. Le premier procès, en décembre, avait débouché sur un non-lieu surprise, les jurés n'étant pas parvenus à se mettre d'accord sur un verdict.

Un deuxième policier, Edward Nero, avait lui été reconnu non coupable le 23 mai dernier.

« Maintenant que l'affaire pénale est finie, le policier Goodson va faire l'objet d'une enquête administrative » de la police, a indiqué dans un communiqué la mairesse de Baltimore, Stephanie Rawlings-Blake, demandant aux habitants de la ville d'être « patients » et de rester « calmes ».

L'affaire Freddie Gray avait déclenché de violentes émeutes dans Baltimore et pris une dimension nationale aux États-Unis, devenue pour beaucoup le symbole des violences policières envers la communauté noire.

« Il y aura une autre révolte », promet à l'AFP Lee Patterson, venu manifester devant le tribunal. « Parce que les gens ne vont pas rester les bras croisés et tolérer des policiers tueurs qui abattent comme bon leur semble des personnes noires, métisses, pauvres. Ils pensent que les vies des Noirs ne valent pas un sou ».

Des déclarations qui réveillent le spectre des émeutes, pillages et actes de vandalisme qui avaient poussé l'an dernier les autorités à déclarer l'état d'urgence, instaurer un couvre-feu et appeler les militaires de la garde nationale en renfort.

Deux autres policiers doivent être jugés en août et un dernier en septembre.

Outre les quelques dizaines de personnes devant le tribunal de Baltimore jeudi, de nombreux internautes ont exprimé leur déception.

Le militant des droits civiques Ben Jealous s'est par exemple demandé sur Twitter s'il ne valait pas mieux « mettre la fourgonnette en procès pour la mort de Freddie Gray ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer