«Affluenza teen» condamné à deux ans de prison

Ethan Couch en cour à Fort Worth, au... (Photo Max Faulkner, Star-Telegram via AP)

Agrandir

Ethan Couch en cour à Fort Worth, au Texas.

Photo Max Faulkner, Star-Telegram via AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un jeune américain surnommé «affluenza teen», qui avait choqué l'opinion publique aux États-Unis en fuyant au Mexique après un quadruple homicide involontaire, a été condamné mercredi par un juge à presque deux ans de prison.

Ethan Couch, tout juste 19 ans, devra purger consécutivement quatre peines de 180 jours de réclusion, soit un total de 720 jours derrière les barreaux.

Cette sentence reste toutefois susceptible d'être modifiée dans deux semaines, les avocats du condamné et le procureur étant d'ici là invités à présenter par écrit leurs arguments de défense et d'accusation.

Le magistrat texan Wayne Salvant a lu le verdict, télédiffusé, face à un Ethan Couch habillé d'une combinaison orange de prisonnier. Le jeune homme est en effet détenu depuis son expulsion fin janvier du Mexique.

Il avait été arrêté un mois plus tôt avec sa mère dans la station balnéaire de Puerto Vallarta, après avoir violé son contrôle judiciaire, une attitude qui avait outré une bonne partie des Américains.

Issu d'une famille très fortunée, «affluenza teen» avait été ainsi surnommé car souffrant soi-disant de «l'insatisfaction des gens qui ont tout». Sa fuite avait profondément irrité les autorités américaines et de vastes moyens avaient été déployés pour le localiser.

En juin 2013, alors âgé de 16 ans et en état d'ébriété au volant d'un pick-up, le jeune Ethan Couch avait fauché quatre piétons et percuté un autre véhicule, faisant quatre morts et plusieurs blessés graves.

Il avait ensuite fait les gros titres de la presse américaine quand fut défendue la thèse qu'il souffrait d'«affluenza», un néologisme formé de la contraction des mots affluence (richesse) et influenza (grippe).

Dans le cas d'Ethan Couch, il a été plaidé que son aisance financière l'empêchait de se rendre compte des conséquences de ses actes.

Encourant 20 ans de prison lors de son procès, l'adolescent avait finalement obtenu à la surprise générale une simple ordonnance de soins psychiatriques et une mise à l'épreuve de 10 ans, qui reste toujours valide aujourd'hui.

Cette clémence avait choqué nombre d'Américains, d'autant plus que le jeune chauffard n'avait jamais exprimé de remords.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer