Sécheresse en Californie : la consigne d'économiser l'eau porte ses fruits

Le lac de Big Bear est replié dans... (Photo archives AP)

Agrandir

Le lac de Big Bear est replié dans son lit, à cause de la sécheresse.

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LOS ANGELES

Les économies d'eau obligatoires mises en place en Californie pour lutter contre une sécheresse historique semblent porter leurs fruits: la consommation d'eau a chuté ces deux derniers mois dans cet État de l'Ouest américain.

En juillet, l'utilisation d'eau a reculé de 31,3% sur un an en juillet, après quelque 27% en juin, plus que les 25% exigés en avril par le gouverneur de Californie Jerry Brown.

«Malgré les fortes chaleurs» de juillet, «les Californiens ont fait encore mieux qu'en juin», s'est félicité jeudi dans un communiqué le conseil d'administration de l'eau de l'État.

«Les Californiens ont vigoureusement réagi à la sévérité de cette sécheresse» record, poursuit Felicia Marcus, directrice de l'agence gouvernementale.

Les 38 millions de Californiens doivent désormais arroser leurs jardins certains jours seulement et privilégier un système de goutte à goutte fixé à la racine des plantes plutôt que les tuyaux d'arrosage ordinaires.

En avril, l'État avait demandé dans le cadre de son programme d'économies obligatoires le remplacement de 4,6 millions de m2 de pelouse par des plantes peu consommatrices d'eau comme les cactus, les agaves ou les plantes succulentes.

Le 12 juin, les autorités californiennes avaient annoncé de nouvelles restrictions à l'accès à l'eau touchant certains agriculteurs.

L'État a aussi ordonné la création d'un programme de rabais pour remplacer les vieilles installations d'eau et d'électricité par des modèles et technologies plus économes, demandé aux campus, aux golfs, cimetières et autres lieux où l'on trouve de grandes pelouses de réduire de façon importante leurs arrosages.

Enfin, les agences de distribution d'eau ont été appelées à modifier leurs structures de tarifs pour «décourager le gaspillage».

Les organisations collectives ou les individus qui ne respectent pas les directives s'exposent à des amendes, comme par exemple ceux qui laissent leur système d'arrosage s'écouler sur la chaussée ou qui arrosent aux heures les plus chaudes.

À travers la Californie, les pelouses desséchées fleurissent même dans les quartiers chics comme Beverly Hills, les affichettes «nous ne donnons de l'eau que sur demande» se multiplient dans les restaurants.

La ville de Los Angeles a même eu recours à d'innovantes petites boules noires de plastique déversées dans le réservoir de Silver Lake pour en freiner l'évaporation.

Les agences de distribution d'eau ont signalé que 15 845 pénalités avaient été émises dans l'ensemble de l'État pour sanctionner du gaspillage, soit près du double de celles émises un mois plus tôt.

Les économies drastiques enregistrées ces deux derniers mois «montrent que (les Californiens) étaient habitués à l'abondance d'eau et à l'utiliser sans y penser, comme si nous vivions dans un climat où il pleut beaucoup», constate Stephanie Pincetl, professeur en sciences de l'environnement à UCLA.

Malgré ces progrès, elle estime que la situation reste «critique car nous avons besoin d'économiser l'eau sur le long terme, surtout s'il ne pleut pas: 25% ne sera alors pas suffisant, d'autant que les réservoirs sont déjà à des niveaux très bas».

D'après cette experte, le problème est structurel et complexe. Elle donne l'exemple de gestionnaires de barrages hydrauliques «qui laissent passer de l'eau quand ils ne devraient pas, etc».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer